Navigation des articles

eric-grenier

Reprise : les travailleurs doivent patienter

bourse

Est-elle finie ou pas cette foutue récession? En matière de prévisions économiques, la lecture des astres que font les économistes laisse songeur même le plus crédule des travailleurs.

Par exemple, il n’y a pas 10 mois que le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, sur la base d’incantations d’économistes, prévoyait un budget sans déficit pour l’État canadien. Aujourd’hui, le déficit atteint la somme record et atmosphérique de 60 milliards de dollars. Même si, en proportion, ce cratère budgétaire est nettement plus abordable que ceux accumulés dans les années 1990, vu notre endettement moindre qu’à la fin du siècle, il n’en reste pas moins que l’erreur de navigation est spectaculaire. Ainsi, d’un départ pour les Caraïbes, on atterrit quelque part en Moldavie.

Alors, finie ou pas finie cette satanée récession? Qu’importe les prévisions des brillants esprits qu’a récoltées notre collègue Marie-Hélène Proulx dans le cadre de notre dossier de une, nonobstant les cris de ralliement des marchés annonçant la reprise, dans le monde concret de la vie quotidienne, les premières lueurs d’une reprise ne nous éclaireront pas encore avant un bon bout de nuit.

De toute façon, des récessions, il y en a eu et il y en aura encore. D’où l’idée judicieuse pour les travailleurs de s’y préparer. Pour cela, ils peuvent compter sur l’État, qui, au mieux, leur accordera le minimum vital. Pour le reste, s’ils sont d’impénitents optimistes, il y a toujours l’empathie de leur employeur.

S’ils sont lucides, par contre, ils doivent surtout pouvoir compter sur eux-mêmes. Dans le même ordre d’idées, être prêt à faire face à la tempête est une chose, être paré à reprendre la mer dès les derniers sillons de vagues, c’est encore mieux. C’est pourquoi nous vous proposons un guide de sept pages qui vous permettra de mieux vous équiper en vue de la reprise, aussi invisible soit-elle pour le moment.

Partager

SUR LE MÊME SUJET