Navigation des articles

sylvie-l-rivard

Télétravail : une mesure qui gagne à être connue

travail_vacances

Le télétravail est une mesure de choix pour la conciliation travail-famille. Mais au Canada comme au Québec, les entreprises sont encore réticentes à l’adopter.

«Le télétravail désigne tout travail régulier qui est effectué par un employé à l’extérieur du bureau de la compagnie», explique Diane-Gabrielle Tremblay, professeure spécialisée en gestion des ressources humaines à la TÉLUQ.

Selon l’entente avec l’employeur, le télétravailleur utilise cette formule à temps plein, à temps partiel ou encore de façon occasionnelle, parce qu’il ne peut se rendre au bureau à cause d’un enfant malade, par exemple. Généralement, le travail s’effectue à partir de la maison ou d’un bureau satellite.

Du retard au Canada

Selon Statistique Canada, en 2011, seulement 11 % des travailleurs canadiens effectuaient en partie ou en totalité du travail rémunéré à la maison (en excluant les heures supplémentaires). Cette proportion n’atteint que 9 % pour le Québec. Et la situation n’a pratiquement pas bougé depuis 2000.

«Comparativement à des pays précurseurs dans le domaine comme les Pays-Bas, la Suède et la Norvège, et même les États-Unis, nous tirons de la patte», affirme Diane-Gabrielle Tremblay. Aux Pays-Bas, par exemple, un travailleur sur trois exerce son métier de la maison et la moitié des entreprises offrent le télétravail à leurs employés. Aux États-Unis, plus de 20 % des travailleurs profitent de cette mesure.

Marie-Claude Jauvin est conseillère en gestion de la conciliation travail-famille au cabinet-conseil CONSILIA, à Québec. À son avis, les employeurs d’ici hésitent à opter pour le télétravail de peur qu’il n’y ait des abus et une perte de contrôle sur le travail. «Comme plusieurs n’ont pas un mode de gestion par objectifs, il est difficile pour eux d’en mesurer l’efficacité.»

Une mesure accessible

Pourtant, plusieurs tâches se prêtent bien au télétravail, expose Marie-Claude Jauvin. Par exemple, la planification et la gestion de projets ou de dossiers, la rédaction de textes ou de documents administratifs, la tenue de livres comptables et la création de visuel ou de contenus à partir d’un ordinateur.

À moins d’occuper un emploi entièrement consacré au service des gens dans un lieu donné, comme des patients dans un hôpital, ou qui nécessite machinerie et équipements (chaîne de montage, atelier de réparation, laboratoire), le télétravail est possible… à condition d’avoir un patron ouvert à l’idée.

Dans ce dossier

Partager