Harcelements pyschologique et sexuel au travail – définitions

« Puisque la violence réapparaît à chaque époque sous de nouvelles formes, il faut en permanence reprendre la lutte contre elle. » 

Stefan Zweig

 

AU TRAVAIL

Définition du harcèlement psychologique

Historique de la législation modifiant la Loi sur les normes du travail:

Le 1er juin 2004, une nouvelle législation modifiant la loi sur les normes du travail et créant le droit pour tout salarié de vivre dans un milieu exempt de toutes les formes d’harcèlements, est entrée en vigueur au Québec (article 81.19). Cette loi, adoptée à l’unanimité en décembre 2002 à la suite de travaux intensifs sur le Projet de loi 143 menés par la Commission permanente de l’économie et du travail de l’Assemblée nationale est inspirée des lois ayant le même objet et qui sont en vigueur en France depuis 2002.

Selon les normes du travail, on entend par harcèlement psychologique ou au travail :

Une conduite vexatoire se manifestant soit par des comportements, des paroles, des actes ou des gestes répétés qui sont hostiles ou non désirés, est une violence à petites doses, qui ne se repère pas, mais qui est pourtant très destructrice, par exemple :

  • Ridiculiser une personne ou son travail
  • L’isoler
  • L’empêcher de s’exprimer
  • Avoir des propos ou des gestes offensants ou diffamatoires
  • Déstabiliser, menacer, agresser
  • Faire subir des représailles au salarié
  • Discriminer selon les motifs contenus dans la Charte des droits et libertés de la personne

Chaque attaque prise séparément peut souvent sembler anodines. C’est l’effet cumulatif des microtraumatismes fréquents qui constitue l’agression. Il faut replacer cette problématique au sein des autres formes de souffrance au travail (par exemple : le stress, les conflits, le comportement plus ferme de certains dirigeants, les contraintes professionnelles, les mauvaises conditions de travail, etc.) qui elles, ne sont pas du harcèlement pour éviter d’en faire un amalgame. Il faut également replacer la violence au travail dans un contexte plus global de la violence dans notre société, que ce soit dans les lieux publics, les écoles ou les familles car toutes ces violences agissent entre elles.

Le harcèlement porte atteinte à la dignité ou à l’intégrité psychologique ou physique du salarié et entraîne, pour celui-ci, un milieu de travail néfaste.

Toutefois, les normes du travail mentionnent qu’une seule conduite grave peut aussi constituer du harcèlement si elle porte atteinte et produit un effet nocif continu pour le salarié.

Cependant, en ce qui concerne le monde du travail, la question des témoins se pose de manière critique: Pourquoi n’ont-ils pas vu? Pourquoi non-t-il pas réagi? En effet, ce n’est qu’en observant et en analysant la problématique dans son ensemble que nous pouvons comprendre en partie cette problématique qui passe en permanence de l’individuel au collectif.

Définition du harcèlement sexuel

Le harcèlement sexuel au travail comprend toutes les formes d’attentions ou d’avances non désirées à connotation sexuelle qui provoquent de l’inconfort, la crainte et menacent notre bien-être et/ou notre emploi.

Cela peut comprendre :

  • Œillades, paroles, gestes, attouchements, menaces, propositions
  • Blagues, affichage de matériel pornographique
  • Sollicitation de faveurs sexuelles non désirées
  • Questions intimes ou sifflement
  • Agressions à caractère sexuel et peut-être même aller jusqu’à l’assaut sexuel (viol)
  • Commentaires inappropriés d’ordre sexuel, remarques sur le corps de la victime, son apparence, plaisanteries qui dénigrent l’identité sexuelle ou l’orientation sexuelle L’harceleur peut être l’employeur, le superviseur, un employé, un collègue de travail, un client, etc. C’est une forme de discrimination, d’abus de pouvoir et de violences faites envers la personne.

Cependant, il est évident que lorsque l’harceleur est un supérieur ou l’employeur, la plupart des victimes n’osent pas porter plainte, car celles-ci craignent de perdre leur emploi ou encore de faire l’objet de traitements punitifs injustifiés.

Solutions :

  • Des protocoles de prévention contre le harcèlement accessible pour tous les employés et dans tous les milieux de travail
  • Porter plainte à la CNESST et être accompagné dans le processus car la victime de harcèlement est souvent fragilisée. Toutefois, plus il y aura de plaintes répertoriées, entendues et résolues et plus nous pourrons travailler dans des milieux de travail exempt d’harcèlements tant psychologique que sexuel
  • Une plainte doit être déposée dans les 90 jours et aboutira, s’il n’y a pas de possibilité de conciliation entre les parties, à un juge administratif de la CNESST (Commission des normes, de l’équité, de la santé et sécurité au travail)

Sources :

  • CNESST-Normes du travail, Le harcèlement en milieu de travail, 2016
  • http://pistes.revues.org/3184
  • Hirigoyen, Marie-France, Le harcèlement moral dans la vie professionnelle, Pocket, 2001
  • Le Groupe d’aide et d’information sur le harcèlement sexuel

Centre des femmes de Montréal

Depuis 1973, le Centre des femmes de Montréal a aidé plus d’un demi-million de femmes en leur fournissant les outils nécessaires pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leur famille. Chaque année, plus de 600 Montréalaises font appel aux conseillères du Service d’employabilité pour développer des outils et stratégies gagnantes et dénicher «le poste» qui leur permettra de trouver leur place sur le marché du travail. Au fil des années, nous avons conçu différents programmes et activités de recherche d’emploi adaptés aux besoins spécifiques de la clientèle, et le respect des aspirations des participantes est certainement au cœur de chacune de nos actions.

Répondre