3-conseils-de-Claude-Rajotte-pour-trouver-sa-place-au-travail-quand-on-se-sent-(un-peu)-extraterrestre

3 conseils de Claude Rajotte
pour trouver sa place au travail quand on se sent (un peu) extraterrestre

Quand j’étais enfant, j’écoutais religieusement l’émission Radio Vidéo du chroniqueur musical Claude Rajotte. C’était de loin mon émission préférée. De l’adolescence à l’âge adulte,  j’ai toujours suivi ce qu’il faisait avec passion. Pour moi et un grand nombre de gens, Claude Rajotte sera toujours LA référence en matière de nouveautés musicales.

Actuellement, il anime l’émission radio Rajotte à CIBL, consacrée à la musique techno.

Claude Rajotte se considère lui-même comme un extraterrestre, et ce, à plusieurs niveaux. D’abord, il admet avoir des goûts musicaux vraiment inusités et il est plutôt reconnu pour son franc parler pouvant parfois déranger. De plus, Claude affirme être un oiseau de nuit, il se trouve casanier et même un peu sauvage. Il préfère se retrouver avec des jeunes plutôt qu’avec des gens de sa génération.

Dans cet entretien, je n’ai pas demandé des conseils en matière de musique (même si j’en ressentais une grande envie!), mais un point de vue sur comment gérer sa carrière quand on demeure un bizarroïde notoire.

Travailler pour être le meilleur

Lorsqu’il travaillait dans certaines stations de radio et que la période des sondages arrivait, il n’était pas rare que le patron demande à toute l’équipe d’animateurs de se donner à fond pendant les semaines où les sondages étaient effectués. Claude n’arrivait pas à y croire puisqu’il se disait : Pourquoi ne pas tenter d’être bon durant les 52 semaines de l’année plutôt que pour ces deux semaines précisément?

Par exemple, quand il est arrivé à CKOI à l’ouverture de la station en 1976, il a écouté tous les disques de leur répertoire qu’il ne connaissait pas afin de s’en faire une opinion. À CHOM, il s’efforçait de connaître la totalité du répertoire musical des artistes diffusés sur leurs ondes.

Oui, Claude a aussi eu beaucoup de chance. Il a une voix très radiophonique et ça l’a énormément aidé dans sa carrière. De plus, rester à l’affût des dernières tendances musicales n’a jamais été un effort pour lui.

Il a commencé dès l’âge de 12 ans à s’exercer à parler au micro, alors qu’il lisait l’épitre et la brochure Prions à l’église, où il devait faire répondre les fidèles tout au long de la messe de l’église de son village. Enfant, il avait pris l’habitude de lire à haute voix les noms qui défilaient au générique à la fin des émissions de télévision, ce qui lui a permis de soigner sa diction.

Même si son père n’écoutait que de la chanson française et que sa mère détestait la musique, cela n’a pas empêché Claude  de s’intéresser très tôt à la musique. Il a rapidement su qu’il voudrait en faire le centre de sa vie. Sa mère racontait que très jeune, il regardait déjà des concerts de musique classique à la télévision  et qu’il en était complètement absorbé.

Claude ajoute que si sa mère n’était pas maniaque de musique, elle admirait terriblement son fils et conservait précieusement tout ce qui concernait sa vie professionnelle.

Assumer sa différence

Claude s’inspire de personnalités comme René Homier-Roy et Denise Bombardier, car il adore leur capacité à exprimer leur opinion de manière franche et sans filtre.

Claude a toujours dit qu’il travaillait pour combler avant tout son public, et non pour plaire au diffuseur ou aux artistes eux-mêmes. À Musique Plus, il était l’un des rares à se permettre des commentaires personnels suite à la diffusion des vidéo clips. Par exemple, il se rappelle avoir déjà dit des trucs comme : Voici un clip de Lionel Richie. Je vais en profiter pour aller prendre une marche.

Beaucoup de gens se souviennent de la chronique Destroy de Claude à Musique Plus. Celle-ci consistait à détruire de façon innovante un disque qu’il avait particulièrement détesté. Il tentait d’épargner les artistes québécois, mais certains passaient quand même dans le tordeur.

Heureusement, la majorité des artistes comprenaient son humour. Marie-Chantal Toupin a d’ailleurs trouvé ça bien drôle de faire partie des victimes du Destroy. Ses taquineries étaient probablement bien acceptées dû au fait qu’il n’ait jamais hésité à faire preuve d’autodérision.

Claude n’est pas reconnu pour faire des compromis, ce qui peut parfois être un avantage, mais aussi un gros inconvénient par moment.

À CHOM, il a perdu son émission de radio après avoir diffusé la chanson I Can’t Get No Satisfaction.Bien entendu, ce n’était pas l’originale des Rolling Stones. Il avait plutôt opté pour la version vraiment flippante du groupe expérimental The Residents. Le riff de la guitare est au ralenti et la voix pleine de distorsion du chanteur semble celle d’un discipline satanique.

Lorsque Claude a diffusé le rigodon scatologique Mama Vagina de Claude Péloquin et Jean Sauvageau sur les ondes de CKOI, la station a décidé d’établir de nouveaux règlements. Ils ont étiqueté certains disques avec des points rouges afin d’en interdire leur diffusion.

Quand, en début d’entrevue, je lui ai demandé les fois où il s’est senti le plus extraterrestre, il m’a évoqué aussitôt le printemps 2018 où il fut engagé comme DJ dans un party de bureau. Très vite, par les réactions des gens, il a réalisé que ses choix musicaux ne faisaient pas l’unanimité. Il a appelé à la rescousse un autre DJ durant la soirée afin de mettre fin au malaise. Il se voyait très mal mettre du Justin Bieber, dans le simple but de satisfaire l’audience.

Accepter la réalité telle qu’elle est

Claude a déjà vécu plusieurs crises d’angoisse, dont une assez marquante durant son émission Le cimetière des CD. C’était durant une période plutôt difficile de sa vie puisqu’en tant qu’enfant unique, il devait s’occuper de ses parents qui souffraient de problèmes cardiaques, d’autant plus que son père était atteint de la maladie d’Alzheimer.

Depuis maintenant 20 ans, il prend une légère dose d’anxiolytiques de façon régulière, ce qui lui permet de gérer son anxiété. S’il oublie de prendre son médicament, il le ressent immédiatement.

Selon lui, les artistes sont probablement tous un peu angoissés. Le chanteur Morrissey (ancien chanteur du groupe The Smith) se considère vivre avec une dépression constante et lutte contre une voix qui lui parle en permanence dans sa tête.

Moi aussi, j’ai parfois ce genre de voix dans ma tête que j’aimerais mettre à OFF, mais en vieillissant, on apprend à se connaître et à mieux composer avec ça.

Claude dédramatise rapidement sur son état et va même plus loin dans ses propos. Il voit des côtés positifs à cette angoisse, car elle lui apprend à foncer et à devenir plus créatif.

Claude considère que par moment, son métier peut paraitre cruel pour certain. Il conseille, à ceux qui aimeraient suivre cette voie, de ne pas avoir peur du changement.

C’est un peu comme si on avait une épée de Damoclès au-dessus de la tête… paradoxalement, c’est ce qui m’a toujours motivé!

Cet article a été écrit dans l’esprit du guide pratique d’orientation Trouver sa place au travail quand on se sent (un peu) extraterrestre publié chez Septembre éditeur. En savoir plus.

Pour en savoir plus au sujet de Claude Rajotte.

Prêt à postuler? Inscrivez-vous en cliquant ici et consultez toutes les offres d’emploi disponibles sur Jobboom.

Mathieu Guénette

Mathieu Guénette est un conseiller d’orientation à son compte de plus de 20 ans d’expérience, auteur, chargé de cours et ayant travaillé auprès d’une clientèle variée (jeunes, adultes, gestionnaires, chercheurs d’emploi). En 2017, il a obtenu à la fois le prix professionnel de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec et celui du Livre RH de l'année de l'Ordre des CRHA pour l’ouvrage Le candidat viscéral. Il offre ses services à Montréal, dans Lanaudière et à distance. Son site internet regorge de références pratiques pour vous : Les chercheurs de sens.

Répondre