Navigation des articles

equipe-jobboom

Gérer ses courriels en dehors du travail est mauvais pour la santé

Homme au lit qui consulte son téléphone intelligent

Photo : Marcos Mesa Sam Wordley/Shutterstock

Vous consultez régulièrement vos courriels professionnels en déjeunant le matin et avant de vous mettre au lit le soir? Attention, vous pourriez y laisser votre santé!

La technologie a certes facilité et accéléré les communications à l’intérieur des milieux de travail; on peut maintenant consulter ses courriels à toute heure du jour ou de la nuit et répondre instantanément à une demande.

Mais cette situation met sur les épaules des travailleurs une pression qui peut s’avérer néfaste, selon une étude publiée dans le Journal of Occupational Health Psychology.

En effet, elle peut engendrer chez les travailleurs le sentiment de devoir répondre immédiatement à des courriels professionnels, quel que soit le moment de la journée, un phénomène que les chercheurs ont appelé «télépression».

Bien qu’une connexion constante avec le boulot puisse donner l’impression aux travailleurs d’être plus productif, elle les expose de façon permanente aux facteurs de stress associés au travail. Et c’est cette absence de repos qui peut avoir des impacts sur la santé.

Les chercheurs ont observé, chez les employés affectés par «télépression», davantage de problèmes de sommeil, de cas d’épuisement professionnel et d’absences liées à la santé.

Cette pression résulte souvent des dynamiques à l’œuvre dans l’environnement de travail : si les collègues et le patron sont constamment connectés, un employé pourrait se sentir obligé de faire de même pour être bien perçu.

Afin d’en minimiser les impacts, les chercheurs suggèrent aux travailleurs d’aborder le sujet avec leur supérieur afin de clarifier les attentes liées aux courriels, et invitent également les patrons à donner l’exemple en limitant les interactions en dehors des heures de bureau.

Selon un sondage réalisé par l’American Psychological Association, plus de la moitié des travailleurs américains restent connectés avec le travail en dehors des heures de bureau, pendant les fins de semaine et même lors des journées de maladie.

Partager