Portrait métier :
Technicien(ne) d’intervention en loisir

A l’occasion de la journée nationale des Techniciens d’intervention en loisir, nous découvrons aujourd’hui, 10 avril, un métier avec lequel nous avons tous au moins eu une fois un contact, celui de technicien d’intervention en loisir.

Sabrina Pelletier est technicienne d’intervention en loisir au sein de l’établissement secondaire Saint-Jean-Eudes (Québec),  et aujourd’hui elle nous parle de son métier dans les moindres détails!

Note : Le féminin est utilisé puisque la professionnelle interviewée est une femme et également par souci d’alléger le texte, et ce, sans préjudice pour la forme masculine.

Jobboom : En quoi consiste le métier de technicienne d’intervention en loisir?

Sabrina Pelletier : Le métier de technicienne d’intervention en loisir consiste en la planification, l’organisation, la réalisation et l’évaluation d’activités de loisirs de toutes natures. La technicienne agit à titre d’intervenante auprès de différentes clientèles.

La technicienne a la capacité d’organiser des événements, elle effectue beaucoup de gestion que ce soit humaine, matérielle, financière, etc.

Jobboom : Dans quels types d’organisations peut-on trouver des techniciennes d’intervention en loisir?

S.P : Nous sommes partout, dans tous les secteurs d’activité. On peut agir dans des établissements d’enseignement secondaire ou dans les écoles primaires avec des enfants, au Cégep ou à l’université, mais également dans des municipalités, des hôpitaux, des centres communautaires, des centres pour personnes âgées, des centres de réhabilitation, des centres récréotouristiques, des festivals, des fondations en entreprises, et dans les milieux associatifs et corporatifs, etc. Il est certain que tout le monde a eu ou aura, au cours de sa vie, un contact avec une technicienne d’intervention en loisir!

La technicienne peut être employée d’une organisation ou travailleuse autonome.

Pour ma part, je suis employée d’un établissement d’enseignement secondaire.

JB : Sur quels types de projets peut être amenée à travailler une technicienne d’intervention en loisir?

S.B : Le dernier projet que j’ai proposé et géré est lié aux Jeux Olympiques d’Hiver. Mon idée était de mieux faire connaitre les J.O. d’Hiver ainsi que les athlètes québécois et canadiens qui y concourront en organisant une compétition inter-niveaux. Ainsi, nous avons attribué un continent et un pays à chaque niveau dans l’école. Les élèves ont eu à réaliser, pendant la période des Jeux, des activités sportives et culturelles qui leur permettaient d’accumuler des points. Nous l’organisons tous les 4 ans donc c’est un moment très attendu par les élèves mais également par tout le personnel de l’établissement.

Jobboom : Quelles sont les compétences primordiales pour exercer le métier de technicienne d’intervention en loisir?

S.P : La technicienne d’intervention en loisir doit avant tout être une personne organisée. Je dirais que c’est la qualité essentielle. Mais elle doit également être créative pour proposer des activités en lien avec la clientèle dont elle a la charge. Et enfin, elle doit faire preuve de leadership pour pouvoir mener à terme tous ses projets.

Jobboom : Quels sont les traits de personnalités particulièrement utiles à une technicienne d’intervention en loisir?

S.P : Les techniciennes d’intervention en loisir sont des personnes créatives, dynamiques, ouvertes d’esprit, multitâches et surtout débrouillardes!  Elles doivent également être sociables et avoir de l’entregent.

Jobboom : Quels sont les principaux défis à surmonter en tant que technicienne d’intervention en loisir?

S.P : Le principal défi que doit relever une technicienne d’intervention en loisir est d’apprendre à dire non et à déléguer. Ce ne sont pas des choses que l’on peut apprendre à l’école, c’est sur le terrain qu’on y est confronté. Il faut donc apprendre à dire non parfois, sans avoir peur de décevoir notre clientèle et les diriger vers les bonnes personnes afin de pouvoir aller au bout de ce qu’on a à faire.

Un autre défi que les TIL rencontrent régulièrement est celui de la reconnaissance de la profession et des aptitudes que possèdent les professionnels de ce métier. D’ailleurs, l’existence de la Journée nationale des Techniciens d’intervention en loisir, depuis maintenant 5 ans, sert entre autres à promouvoir et à reconnaître cette profession qui est encore trop méconnue de la majorité de la population et pourtant, tout le monde a déjà rencontré un TIL !

Jobboom : A quoi ressemble la journée type d’une technicienne d’intervention en loisir?

S.P : Aucune journée ne se ressemble, peu importe le milieu pour lequel on travaille.

Donc je vais plutôt vous raconter  l’une de mes journées à venir comme exemple.

Le matin, je serai en animation à la salle de jeux. Je serai donc avec les élèves avant qu’ils entrent en classe. Quand ils auront commencé leurs cours, c’est là que j’aurai normalement une petite heure devant moi pour faire de la programmation, le suivi des courriels et retourner les appels téléphoniques des parents. En ce moment, je suis également en grande séance d’inscription pour les voyages de fin d’année donc je dois m’occuper des dossiers et d’enregistrer les frais d’inscriptions.

Par la suite, j’aurai un période de surveillance mais c’est surtout un moment où je suis disponible pour les élèves afin de leur poser des questions, faire le suivi de nos projets, ou bien simplement échanger sur comment ils vont. Ensuite, j’aurai de l’installation technique à effectuer pour une activité qui va se tenir à la cafeteria.

L’après-midi, qui est toujours très chargée, je serai entre autres en rencontre avec le comité des finissants avec qui on travaille sur l’album et le défilé de mode. Je vais ensuite rencontrer la Ministre des communications.

Ensuite, je retournerai en surveillance. Après le départ des élèves, c’est le moment où je pourrai finaliser mes dossiers entamés le matin et bien sûr, préparer la journée du lendemain qui sera sûrement toute aussi intense.

Dans tous les cas, j’essaie toujours de garder des plages horaires libres pour prévoir l’imprévu, une rencontre improvisée avec un professeur, un élève qui souhaite se confier, etc.

Jobboom : Quelles sont les possibilités d’avancement ou d’évolution?

S.P : Une technicienne d’intervention en loisir pourrait facilement se réorienter dans un autre secteur d’activité. Chaque secteur a ses spécificités. Si je voulais, par exemple, faire plus de travail administratif, je pourrais envisager de travailler dans le secteur municipal.

On peut également se former en gestion pour devenir gestionnaire d’équipe ou rejoindre une direction des loisirs. Également, il n’est pas rare de voir un TIL se diriger vers une profession d’enseignant ou de gestionnaire des Ressources humaines.

Jobboom : Quelles sont les carrières vers lesquelles une technicienne d’intervention en loisir pourrait facilement se transférer?

S.P : Ce n’est pas rare de voir une technicienne d’intervention en loisir devenir éducatrice spécialisée ou encore intervenante sociale. En tout cas, ce sont des métiers qui ont beaucoup de similarités avec celui de technicienne d’intervention en loisir.

Jobboom : Quelles études peut-on suivre pour devenir technicienne d’intervention en loisir?

S.P : Il faut obtenir un diplôme d’études collégiales qui s’intitule Gestion et intervention en loisir. Il s’agit d’une technique de 3 ans qui est proposée par seulement 6 Cégeps au Québec :

  • Cégep de Rivière-du-Loup
  • Cégep Saint-Laurent
  • Cégep du Vieux-Montréal
  • Cégep de Saint-Jérôme
  • Collège Dawson (formation en anglais)
  • Collège La Flèche (établissement privé à Trois-Rivières)

Avec ce diplôme, on peut immédiatement intégrer le marché du travail.

Jobboom : Avez-vous des conseils pour les personnes qui seraient intéressées par le métier de technicienne d’intervention en loisir?

S.P : OSEZ. Osez aller étudier dans ce domaine. C’est un métier qui est assez peu connu alors que nous avons tous croisé ou été en contact avec une technicienne d’intervention en loisir. Et pourtant, cela fait déjà 50 ans que ce métier existe!

RENCONTREZ des techniciens d’intervention en loisir pour connaître toutes les options possibles dans ce métier. Il y en a pour tous les goûts, toutes les personnalités.

Jobboom : Avez-vous une anecdote de travail marquante à partager avec nous?

S.P : Oui, j’en ai une. Cela s’est produit dans mon précédent poste dans un autre établissement d’enseignement secondaire. Je donnais une formation à mes élèves sur l’animation en activité et je leur avais demandé quel animal les représentait le mieux.

Et évidemment, ils m’ont retourné la question. Avant que je puisse répondre, un élève a levé la main pour dire qu’il savait quel animal j’étais : un hibou. « Parce que vous êtes au-dessus de nous, vous avez la tête qui tourne à 360 degrés, vous nous regardez, vous nous observez et vous nous guidez dans tout ce qu’on fait »

Alors depuis ce jour, je suis un hibou. J’ai des hiboux dans mon bureau. C’est vrai qu’on ne se rend pas toujours compte de notre impact sur les élèves mais je l’ai réalisé ce jour-là.

Jobboom : Est-ce qu’exercer ce métier vous rend heureuse?

S.P : Je me plais à dire que j’ai le plus beau métier du monde. On est la plupart du temps dans le positif. C’est valorisant, enrichissant. Chaque jour, j’en découvre un peu sur mon métier, sur les élèves. J’apprends en permanence. On est dans un milieu très ouvert, on s’entraide beaucoup entre collègues.

On a également de très bons rapports avec les parents, nous sommes là pour les conseiller et les guider. Ainsi qu’avec les professeurs que l’on accompagne dans leurs projets culturels. C’est essentiel parce qu’ils sont nos premiers joueurs!

++++

Le point de vue du recruteur :

Le processus et les critères de recrutement d’un technicien d’intervention en loisir différeront selon les spécificités de l’organisation et du poste ouvert.

Charles Pagé, directeur pour la Ville de Québec de la section de la culture et de la vie communautaire est, entre autres, en charge du recrutement des techniciens d’intervention en loisir pour les Arrondissements de Charlesbourg et Beauport. Il nous livre les clés du processus de recrutement des techniciens d’intervention en loisir.

Jobboom : Quelles sont les compétences clés que vous recherchez sur le CV d’un technicien d’intervention en loisir?

A la Ville de Québec, lorsque l’on ouvre des postes de technicien d’intervention en loisir, les personnes qui détiennent un baccalauréat en loisir sont reléguées au deuxième tour advenant seulement qu’aucun candidat n’aie été retenu, puisque l’on recherche un technicien avant tout. C’est à dire une personne qui est allée chercher une formation technique. Donc le premier élément que nous allons rechercher sur le CV des candidats, c’est la présence du diplôme d’études collégiales Gestion et intervention en loisir qui est proposée par 6 établissements dans la province.

On va ensuite s’intéresser à l’expérience professionnelle des candidats. On va chercher une personne ayant 2 ans ou plus d’expérience dans le domaine du loisir au sens large mais nous allons privilégier ceux ayant travaillé au sein d’une municipalité ou d’un OBNL (organisme à but non lucratif). En effet, une grande partie du travail de technicien d’intervention en loisir est de travailler avec des OBNL, il est donc important pour eux de connaitre le fonctionnement de ce type d’organisation ainsi que la réalité du terrain. On regardera également très positivement les expériences bénévoles, surtout si elles ont été réalisées au sein d’un conseil d’administration d’un OBNL.

En ce qui concerne la forme du CV, nous n’attendons pas particulièrement d’originalité. Nous recevons beaucoup de candidatures pour un même poste donc la priorité pour nous, c’est qu’il soit concis, complet et clair. Nous n’avons pas le temps de chercher, il faut que les informations importantes soient visibles immédiatement pour savoir rapidement si le candidat doit être retenu pour la seconde étape, celle de l’examen écrit. Sur l’offre d’emploi, on décrit clairement nos attentes, donc il ne faut pas que le candidat perde son temps à ajouter des éléments superflus qui nuiraient à la lisibilité de son curriculum vitae.

Nous demandons également que le candidat joigne avec son CV, une lettre de présentation. Évidemment, la première chose que l’on va vérifier, c’est la maitrise de la langue et de l’orthographe. La lettre nous sert plus à ça qu’autre chose. On va quand même regarder aussi si le candidat est en mesure de se présenter de manière claire et concise. Nous les lisons rapidement donc il vaut mieux prévoir une lettre courte.

Après avoir étudié toutes candidatures et vérifier leurs références professionnelles, nous allons recontacter tous ceux qui correspondent aux critères définis dans l’offre. Cette sélection ainsi que ces vérifications ne sont pas effectuées par le gestionnaire mais par une personne des ressources humaines qui s’assure simplement que les candidatures correspondent aux critères attendus.

Les candidats sélectionnés sont ensuite convoqués pour un examen obligatoire. Il s’agit d’un examen écrit dont la correction se fait anonymement. Ainsi, il est impossible de favoriser un candidat ou un autre. Ils sont ainsi tous évalués sur les mêmes critères.

Cet examen a pour but d’évaluer leurs connaissances notamment sur le modèle de gouvernance des OBNL, sur le fonctionnement d’un conseil d’administration, l’AGA, etc. Ces éléments sont en général abordés lors du DEC mais bien sûr, c’est l’expérience professionnelle qui permettra d’acquérir des connaissances complètes sur la gouvernance des organisations.

Ceux qui réussiront l’examen écrit seront convoqués la semaine suivante pour une entrevue. À noter également qu, en fin de processus de recrutement,  nous demandons aux candidats de transmettre aux ressources humaines une copie des diplômes mentionnés sur leur CV afin de vérifier qu’ils en sont bien détenteurs.

Jobboom : Comment se déroule l’entrevue? Quels éléments ou informations cherchez-vous à obtenir?

L’objet de l’entrevue est d’apprendre à connaître le candidat en lien avec sa formation, ses expériences de travail et avec ses habiletés et aptitudes personnelles concernant les volets administratifs, interpersonnels et intellectuels.

Elle se déroule devant un comité de sélection qui comprend une personne des ressources humaines, le gestionnaire qui embauche et un autre gestionnaire à la ville afin d’avoir un regard extérieur.

Nous allons tout d’abord vérifier comment la personne se structure, comment elle organise son travail ainsi que ses capacités de planification de projets.

Nous souhaitons connaître sa gestion des relations humaines, son entregent, son sens du contact. On va donc l’interroger sur ses réactions dans certaines situations, de conflits ou de négociations. Pour cela, on le met en situation afin que nous puissions observer ses réactions et comportements. On va également interroger le candidat sur ses capacités créatives.

Le dernier chapitre concerne l’évaluation des projets. Quelle rétroaction le technicien va réaliser en fin de projet, comment il va le partager avec les autres.

Il est également important pour nous de savoir si la personne est plutôt analytique ou d’action. On essaiera donc d’évaluer sa capacité à prendre du recul dans certaines situations ou si elle sera en réaction instantanée quoi qu’il arrive.

Dans ce domaine, on est à la recherche de personnalités particulières. Ils travaillent avec des bénévoles, des responsables d’OBNL, des citoyens, etc. Ça prend des gens qui ont une forte capacité d’adaptation pour travailler avec tous types d’intervenants et de publics et qui ont une facilité à communiquer avec les autres.

Il faut savoir que les personnes détenant le DEC en Gestion et intervention en loisir ont des profils très différents. Certains ont une passion pour le sport, d’autres pour la culture, etc. Certains seront très créatifs, d’autres moins. Finalement, il y en a pour tous les goûts parmi les techniciens d’intervention en loisir. Il faut donc identifier les besoins pour le poste afin de définir le type de technicien dont vous aurez besoin.

Retrouvez les offres d’emploi de technicien d’intervention en loisir disponibles sur Jobboom en cliquant ici.

Prêt à postuler? Rendez-vous sur Jobboom en cliquant ici pour consulter toutes les offres d’emploi disponibles.