Portrait métier :
expert en sinistre

Jobboom, avec la collaboration de Prosdelassurance.ca, vous présente aujourd’hui une profession très recherchée présentement au Québec, celle d’expert en sinistre.

Vincent Lessard-Philips, expert en sinistre chez IndemniPro nous parle de sa profession.

Jobboom : En quoi consiste la profession d’expert en sinistre?

Vincent Lessard-Philips : L’expert en sinistre est mandaté par une compagnie d’assurance pour traiter une réclamation suite à un sinistre (incendie, vol, dégât d’eau, etc.). Il va agir comme chef d’orchestre dans la gestion et le suivi du dossier de réclamation afin d’aider les personnes ou les entreprises à revenir le plus rapidement possible à la situation d’avant sinistre.

L’expert en sinistre va enquêter, estimer et négocier. Dépendamment du type de dossier, il va être amené à enquêter sur les circonstances du sinistre afin d’en déterminer les causes en questionnant l’ensemble des personnes concernées ou en mandatant des experts comme, par exemple, des ingénieurs. Enfin, il va faire une estimation des dommages et négocier le règlement afin d’indemniser le client.

Jobboom : Pourquoi avoir choisi d’exercer la profession d’expert en sinistre?

V.LP : J’ai opté pour le domaine de l’assurance de dommages en faisant un DEC en Conseil en assurances et en services financiers au Cégep de Ste-Foy.

Ce qui m’a plu dans ce travail, c’est la diversité et la stimulation qu’il procure. Dans la même journée, on peut être appelé à intervenir sur les lieux d’un dégât d’eau puis ensuite sur les lieux d’un incendie. Il n’y a pas un client qui se ressemble, il n’y a pas un dossier qui est identique. C’est très stimulant de toucher à tout et d’aborder chaque jour de nouveaux cas.

En expertise de sinistre, on peut traiter des dossiers en sinistre automobile, donc on touche à tout ce qui concerne les automobiles, la carrosserie, etc. Puis en traitant un dossier en habitation, on peut être amené à en apprendre beaucoup sur les bijoux ou la plomberie.

(Pour obtenir la liste complète des établissements offrant le DEC, rendez-vous à prosdelassurance.ca)

Jobboom : Quelles sont les compétences et traits de personnalités primordiales pour exercer le métier d’expert en sinistre?

V.LP : Comme je l’évoquais à la question précédente, on est amené à toucher à beaucoup de sujets différents, souvent que l’on ne connait pas et sur lesquels on a encore aucune expertise. Cela demande donc de la curiosité pour s’informer et rechercher de l’information sur chaque nouveau sujet que l’on est amené à traiter.

Cela demande aussi un grand sens de l’observation, particulièrement lorsqu’on se rend sur les lieux d’un sinistre où peuvent se trouver de nombreux éléments à prendre en compte.

Comme dans beaucoup de professions, l’expertise en sinistre nécessite un bon sens de l’organisation compte tenu de la charge de travail et de la diversité des tâches à accomplir dans une même journée. Il faut bien gérer son temps entre les appels, les courriels, les suivis de dossiers, les déplacements sur les lieux des sinistres, les rencontres avec les clients et les experts.

Il est également essentiel que l’expert en sinistre ait à faire preuve de pédagogie pour expliquer et vulgariser les termes relatifs au secteur de l’assurance ou aux contrats qui ne sont pas forcément connus et compris par les clients.

L’expert en sinistre doit aussi faire preuve d’empathie envers les clients qui ont subi un sinistre personnel ou professionnel, tout en conservant un esprit critique aiguisé afin de bien juger et évaluer une situation.  Les clauses des contrats d’assurance sont parfois sujettes à interprétation donc l’expert en sinistre doit avoir un bon jugement et être capable d’expliquer précisément ses conclusions sur un dossier.

Jobboom : Quels sont les principaux défis à surmonter en tant qu’expert en sinistre?

V.LP : La plupart des clients n’ont aucune connaissance du milieu de l’assurance et même des termes de leur contrat. Les gens souscrivent à une assurance par obligation mais ne savent pas concrètement pourquoi ils le font et la très grande majorité ne lit pas le contenu de son contrat avant de le signer. Je dirais donc que le plus grand défi pour l’expert en sinistre est de bien expliquer à ses clients les clauses du contrat (pourquoi certaines parties sont limitées ou exclues, etc.).

Jobboom : À quoi ressemble la journée type d’un expert en sinistre?

V.LP : Il n’y a pas de journée type dans la vie professionnelle d’un expert en sinistre. Ce que je peux vous dire, c’est qu’en raison de mon expérience, je passe environ 30 % de ma semaine en déplacement et 70 % au bureau. Par contre, les débutants dans la profession règlent la majorité de leurs dossiers au téléphone.

Le temps que l’on passe en déplacement, c’est pour se rendre sur les lieux des sinistres, ce qui est quasiment obligatoire sur tous les dossiers, particulièrement sur ceux concernant des sinistres de la route. On va aussi rencontrer toutes les personnes impliquées dans le sinistre ou la gestion du dossier du sinistre comme les experts, les plombiers, les entrepreneurs, etc. Lorsqu’on est au bureau, on doit effectuer le suivi des dossiers en cours : gérer les courriels, rédiger et envoyer les chèques, consulter les rapports des experts, les annexer aux dossiers, recevoir les appels et compléter les rapports qui seront envoyés aux assureurs.

Jobboom : Sur quels types de dossiers peut être amené à travailler un expert en sinistre?

V.LP : Les experts en sinistre peuvent travailler sur une grande typologie de dossiers :

  • automobile (accidents, incendies, etc.)
  • habitation (dégâts d’eau, vols, etc.)
  • responsabilité civile (protection contre des dommages qui seraient causés à autrui – par exemple, une personne, invitée chez une connaissance se casse le poignet en glissant dans le vestibule, il peut décider de déposer une plainte contre son hôte)
  • responsabilité professionnelle (protection à laquelle souscrit un professionnel pour assurer son travail et ses conséquences – par exemple, un plombier qui serait attaqué par un de ses clients parce qu’après une de ses interventions, un dégât d’eau est survenu)

D’autres experts en sinistre vont quant à eux travailler sur de gros risques avec des grandes multinationales. Les franchises sont généralement très élevées.

En ce qui me concerne, mon activité et mon expertise sont plutôt tournées sur tout ce qui touche à l’habitation (résidences de particuliers ou locaux commerciaux) en dommages directs, c’est-à-dire principalement des dommages d’eau et d’incendie.

Jobboom : Quelles sont les possibilités d’avancement pour un expert en sinistre?

V.LP : La première possibilité d’avancement se fait d’abord en prenant de l’expérience dans la profession. Les experts en sinistre juniors et séniors ne traitent pas les mêmes dossiers. Il y a une progression. On va commencer à travailler sur des petits dossiers, puis, au fur et à mesure, on s’attaque à des dossiers de plus en plus importants et complexes. Ensuite, la deuxième possibilité passe par la spécialisation.

L’expert en sinistre peut aussi évoluer vers des postes plus techniques ou des postes de gestion comme directeur de sinistre ou encore directeur des indemnisations pour une compagnie d’assurance ou une compagnie d’expertise indépendante.

Jobboom : Quelles sont les carrières vers lesquelles un expert en sinistre pourrait facilement se transférer?

V.LP : Tout en se transférant vers un autre métier mais en restant dans le même secteur d’activité, le poste qui me semble le plus facilement accessible pour un expert en sinistre est celui de souscripteur.

Le souscripteur est celui qui analyse le risque au nom de la compagnie d’assurance donc l’expérience en expertise de sinistre sera facilement transférable.

Sinon, il y a plusieurs cas d’experts en sinistre qui se sont transférés vers des carrières dans la construction (chargé de projets, entrepreneur, etc.) en valorisant leurs expertises dans le domaine.

Jobboom : Quels cursus scolaires peut-on suivre pour devenir expert en sinistre?

V.LP : Plusieurs chemins mènent à l’assurance de dommages! Tous les experts en sinistre doivent dans tous les cas compléter une formation en assurance de dommages ou dans un autre domaine d’études pertinent afin de satisfaire aux exigences de formation minimale de l’Autorité des marchés financiers.

Les formations privilégiées par les employeurs de l’industrie sont les suivantes :

Il faut ensuite réussir les examens de l’Autorité des marchés financiers avant d’effectuer une période probatoire pour obtenir un certificat de représentant.

Le perfectionnement et la spécialisation sont également des éléments clés et encouragés dans l’industrie, avec le PAA (Professionnel d’Assurance Agrée) et le FPAA (Fellow, Professionnel d’Assurance du Canada) qui sont offerts par l’Institut d’assurance de dommages du Québec.

Jobboom : Avez-vous des conseils pour les personnes intéressées par ce métier?

V.LP : Mon premier conseil aux personnes qui seraient intéressées par ce métier est de bien s’informer auprès des professionnels du milieu en assistant à des conférences ou des «5 à 7» pour s’assurer qu’elles ont bien le profil et les aptitudes pour s’engager vers cette carrière professionnelle.

Jobboom : Est-ce qu’exercer cette profession vous rend heureux?

V.LP : Oui, beaucoup! Je le trouve très motivant. Je suis une personne curieuse, qui aime quand ça bouge, quand ça change. Je n’aime pas la monotonie donc elle me convient parfaitement. C’est également très stimulant pour moi de travailler sur des dossiers de plus en plus importants et complexes.

Ça fait 9 ans que je l’exerce et je l’apprécie comme au premier jour.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le point de vue du recruteur 

Tala Baaklini, Responsable en recrutement de talents chez IndemniPro

Jobboom : Quels sont les éléments clés que vous cherchez sur le CV d’un expert en sinistre?

On regarde tout d’abord si l’expert en sinistre est certifié. Ensuite, cela dépend du poste. Parfois on recherche un candidat d’expérience pour des postes principaux ou intermédiaires, parfois on recherche des stagiaires pour commencer leur carrière. Comme IndemniPro est un cabinet indépendant d’expertise en règlement de sinistre, on traite toutes sortes de dossiers, que ce soit des dossiers de particuliers ou d’entreprises, des dossiers plus spécialisés, de la responsabilité civile, etc. On regarde donc si l’expérience sur le CV correspond au genre de dossier que l’employé sera amené à traiter.

Jobboom : Quelles sont les compétences clés que vous allez chercher à identifier lors de l’entrevue avec un candidat au poste d’expert en sinistre?

  • Les compétences techniques
  • Écoute active
  • Aisance pour les technologies
  • Souci du détail
  • Aptitudes à négocier
  • Dédié au service à la clientèle

Vous êtes intéressés par un poste d’expert en sinistre? Rendez-vous sur Jobboom en cliquant ici pour consulter toutes les offres d’emploi disponibles.