DEP Mécanique industrielle de construction et d’entretien (Lanaudière)


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 78.4%
Emploi en lien avec la formation : 92.7%
Taux de chômage : 0%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

L’obtention du DEP Mécanique industrielle de construction et d’entretien permet aux diplômés de faire carrière comme ajusteurs de machines, électromécaniciens ou mécaniciens industriels. Au terme de cette formation professionnelle de 1800 heures, ils auront acquis les connaissances et développé les compétences nécessaires à l’entretien et à la réparation de systèmes mécaniques, hydrauliques ou pneumatiques assistés par ordinateurs ou par automates programmables.

Professions visées 

  • Mécaniciens/mécaniciennes de chantier et mécaniciens industriels/mécaniciennes industrielles (7311)
  • Électromécaniciens/électromécaniciennes (7333)
  • Ajusteurs/ajusteuses de machines (7316)

Qualités requises

La capacité d’adaptation à toute situation, la polyvalence, la tolérance au stress et le sens de l’observation font partie des principales qualités requises afin de suivre avec succès cette formation. Les futurs travailleurs dans le domaine devront aussi rester à l’affût des évolutions technologiques de leur secteur d’activité en cours de carrière.

Critères d’admissibilité à la formation

Pour accéder au DEP en mécanique industrielle de construction et d’entretien, il faudra posséder un diplôme d’études secondaires ou un diplôme d’études collégiales ou universitaires. D’autres combinaisons pouvant inclure l’âge des candidats, les apprentissages équivalents, les préalables, la réussite de tests ou l’autorisation du ministère de l’Éducation sont aussi possibles.

Particularités régionales

Les données de l’Enquête Relance 2015 du ministère de l’Éducation indiquent que plus de 3 diplômés sur 4 de la région de Lanaudière de ce programme, soit 78,4 %, ont décroché un emploi à la suite de l’obtention de leur diplôme. Tous les autres, soit 21,6 %, ont plutôt choisi de poursuivre leurs études.

Il est à noter qu’Emploi-Québec estime que les métiers d’électromécaniciens, de mécaniciens de chantier et de mécaniciens industriels font partie des professions les plus « en demande » actuellement à l’échelle régionale. Les occasions d’emploi seraient plus nombreuses dans les secteurs manufacturier et de la construction ainsi que dans les usines de transformation.

Perspectives

En raison de nombreux départs à la retraite, les perspectives d’emploi sont favorables pour l’ensemble des métiers liés à cette formation professionnelle, et ce, autant à l’échelle régionale que dans l’ensemble de la province. Les besoins de main-d’œuvre sont également élevés en raison de l’automatisation des procédés de fabrication de plusieurs entreprises.