DEC
Technologie de médecine nucléaire


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 77,8%
Emploi à temps plein : 80%
Emploi en lien avec la formation : 90%
Taux de chômage : 5.9%
Salaire horaire médian : 29,43$
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

La réussite du DEC Technologie de médecine nucléaire combinée à la réussite de l’examen d’admission de l’Ordre des technologues en imagerie médicale, en radio-oncologie et en électrophysiologie médicale du Québec permettent aux diplômés d’accéder à un poste de technologue en imagerie médicale, secteur médecine nucléaire.

Le travail de ces professionnels de la santé consiste principalement à utiliser des substances radioactives et de l’équipement spécialisé afin de produire des images du corps humain pour obtenir des données qui permettront aux médecins d’établir un diagnostic.

Ces technologues accompagnent également les patients lors de leurs traitements radioactifs (p. ex. : radio-oncologie). Ils travaillent généralement dans des établissements de santé publics ou privés au sein du service de médecine nucléaire.

Professions visées 

  • Technologues en radiation médicale (3215)

Profil recherché

Un intérêt marqué pour les sciences est requis pour occuper un poste de technologue en médecine nucléaire, car la formation inclut, entre autres, des notions de physique, de chimie, de mathématiques, d’informatique et d’anatomie.

Comme leur travail s’effectue au sein d’une équipe multidisciplinaire dans le traitement des patients, ils doivent posséder des habiletés communicationnelles développées afin de bien transmettre l’information recueillie aux autres professionnels de la santé.

Leurs habiletés relationnelles (respect, tact, empathie, etc.) seront également utiles lors de leurs interventions auprès des patients. L’autonomie, le sens de l’organisation et le sens des responsabilités font aussi partie des critères primordiaux pour exercer cette profession.

Perspectives

Selon Emploi-Québec, les perspectives d’emploi sont favorables pour les diplômés de ce programme d’études jusqu’en 2019 dans l’ensemble de la province. Cette tendance pourrait se poursuivre durant plusieurs années en raison de l’augmentation des besoins en soins de santé de la population engendrée par le vieillissement de la population.

Les professionnels de ce domaine doivent constamment être à l’affût des avancées technologiques et scientifiques. De fait, la recherche contre le cancer, par exemple, génère des innovations fréquentes en médecine nucléaire et dans l’établissement de diagnostics, ce qui résulte souvent à une hausse de la demande pour les emplois spécialisés qui y sont liés.