DEP Mécanique de machines fixes
(Capitale-Nationale)


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 93.5%
Emploi en lien avec la formation : 86.3%
Taux de chômage : 0%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

Les diplômés du DEP Mécanique de machines fixes auront la possibilité d’obtenir un poste de mécanicien de machines fixes dans les domaines du bâtiment ou de la construction. Après avoir également obtenu leur certificat de qualification professionnelle, ils pourront, entre autres, contrôler le fonctionnement de chaudières, de turbines, d’installations de chauffage et d’autres machines fixes et réaliser des travaux d’entretien.

Professions visées

  • Mécaniciens/mécaniciennes de centrales et opérateurs/opératrices de réseaux énergiques (9241)

Qualités requises

Le travail de mécanicien de machines fixes nécessite notamment de la minutie, de la précision et une rapidité d’exécution. Le sens des responsabilités, la capacité à travailler sous pression dans des conditions parfois difficiles (chaleur, poussière, bruit, etc.), la gestion du stress et le travail d’équipe sont d’autres qualités généralement recherchées chez ces travailleurs.

Critères d’admissibilité à la formation

Pour être admis à cette formation professionnelle, les candidats doivent posséder un diplôme d’études secondaires ou un diplôme collégial ou universitaire. Ils peuvent aussi se voir reconnaître des apprentissages équivalents ou encore respecter les exigences d’autres combinaisons de critères pouvant inclure leur âge, des préalables fonctionnels ou la réussite de tests.

Particularités régionales

Les diplômés en mécanique de machines fixes de la Capitale-Nationale bénéficient de plus en plus d’occasions professionnelles dans la région. Selon Emploi-Québec, le métier de mécanicien de centrales et opérateurs de réseaux énergiques, qui requiert minimalement ce DEP, fait partie des professions les plus « en demande » à l’échelle régionale.

Avec un taux d’emploi de 93,5 % et un taux de chômage totalement inexistant (Enquête Relance – données de 2015), les diplômés régionaux se placent généralement aisément sur le marché du travail. Les besoins de main-d’œuvre seraient plus importants dans les entreprises manufacturières et les entreprises de gestion immobilière.

Perspectives

Emploi-Québec prévoit que les départs à la retraite entraîneront des besoins de remplacement au cours des prochaines années.

Les candidats possédant un minimum de trois ans d’expérience pourront se démarquer auprès des employeurs offrant des postes visant surtout l’entretien préventif et correctif des machines fixes.