DEC
Techniques d’hygiène dentaire


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 91.1%
Emploi à temps plein : 94.1%
Emploi en lien avec la formation : 96.2%
Taux de chômage : 1%
Salaire horaire médian : 30$
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

Les personnes diplômées du DEC Techniques d’hygiène dentaire auront acquis les connaissances requises et mis en pratique les techniques nécessaires afin d’obtenir un poste d’hygiéniste dentaire. Elles pourront faire carrière dans le secteur privé (p. ex : cabinets de dentistes) ou dans le domaine public (p. ex. : hôpitaux).

Leur rôle principal consiste à effectuer des traitements préventifs ou curatifs d’hygiène dentaire. Elles sont également formées afin de renseigner la population quant à la santé buccodentaire et à la prévention des maladies ou des affections de la bouche et des dents.

Pour porter le titre d’hygiéniste dentaire, les personnes diplômées doivent obtenir un permis délivré par l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec.

Professions visées 

  • Hygiénistes et thérapeutes dentaires (3222)

Profil recherché

La profession d’hygiéniste dentaire combine des aspects de biologie, de nutrition, de santé et d’hygiène dentaire. Ainsi, les personnes diplômées devront démontrer un intérêt marqué pour l’ensemble de ces notions. La propreté et l’ordre de l’environnement de travail sont obligatoires en toute circonstance.

De plus, comme elles seront appelées à être en contact de façon régulière avec le public, elles devront posséder de fortes aptitudes pour les relations humaines et la communication (écoute, tact, empathie, etc.). La minutie, la dextérité manuelle, la rigueur, l’esprit d’équipe et l’autonomie sont d’autres qualités recherchées par les employeurs.

Perspectives

Bien qu’une majorité d’hygiénistes dentaires travaillent dans des cliniques dentaires privées, leurs possibilités de carrière ne s’y limitent pas. Ainsi, une fois sur le marché du travail, les personnes diplômées pourront aussi œuvrer dans des établissements publics de santé (CLSC, établissements d’enseignement, etc.). Elles auront aussi l’occasion d’amorcer ou de faire évoluer leur carrière en travaillant pour des compagnies dentaires, des sociétés d’assurance ou encore des centres de recherche.

Il leur sera toujours possible de se spécialiser dans une discipline (p. ex. : orthodontie) en fonction de leurs intérêts ou de poursuivre leurs études dans le domaine au niveau universitaire.