DEC
Techniques de denturologie

 

< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 87.5%
Emploi à temps plein : 100%
Emploi en lien avec la formation : 100%
Taux de chômage : 0%
Salaire horaire médian : Non publié
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

Les diplômés du DEC Techniques de denturologie auront acquis les connaissances nécessaires à l’exercice de la profession de denturologiste et à la mise en place ou à la tenue d’un bureau de denturologie. Il est à noter que les diplômés devront être membres de l’Ordre des denturologistes du Québec pour porter le titre de denturologiste.

Leur travail consiste à rencontrer les patients et à fabriquer, à réparer ou à ajuster des prothèses dentaires amovibles (dentiers) ou des appareils spécialisés. La prise de mesures et d’empreintes de la bouche de leurs patients (dents, gencives et mâchoires) mène à la conception des prothèses et des appareils qui seront utilisés conformément au plan de traitement.

Professions visées 

  • Denturologistes (3221)

Profil recherché

Le métier de denturologiste combine les aspects techniques d’une profession du domaine de la santé avec l’esprit entrepreneurial. De fait, la plupart des denturologistes souhaitent posséder leur propre cabinet privé dont ils doivent assurer la rentabilité tout en respectant les lois et les règlements en vigueur. Le sens des responsabilités et le sens de l’organisation sont donc primordiaux pour se lancer dans l’exercice de cette profession.

Les diplômés de ce programme d’études devront aussi avoir une facilité à travailler avec le public en mettant à profit leurs habiletés communicationnelles et relationnelles (écoute, tact, respect, etc.) en plus de devoir posséder une bonne dextérité manuelle.

Perspectives

Lorsque l’on prend en considération le vieillissement de la population, les avancées technologiques en soins dentaires ainsi que les retraites anticipées de nombreux denturologistes, il n’est pas surprenant de constater un taux d’emploi de 87,5 % des diplômés de ce programme d’études au Québec.

Si certains diplômés peuvent travailler pour un cabinet existant dès la sortie des classes, d’autres sont en mesure d’ouvrir leur propre cabinet ou de prendre la relève d’un denturologiste fraîchement retraité. La tendance à la hausse des besoins de denturologistes diplômés et compétents devrait donc se poursuivre au cours des prochaines années.