Navigation des articles

melissa-guillemette

Travailler avec un psychopathe

Oliver James

Oliver James
Photo : Vermilion // Illustration : Maria-Fernanda Quintero

Les psychopathes, les machiavels et les personnalités narcissiques peuplent le monde du travail, selon le psychologue britannique Oliver James. Depuis 30 ans, les individus possédant ces trois traits à la fois seraient même de plus en plus nombreux. Prêts à tout pour arriver à leurs fins, ils ont plus de facilité à grimper dans la hiérarchie et à devenir patrons. Inquiétant…

En présence de comportements calculateurs ou sans scrupules au travail, Oliver James conseille de combattre le feu par le feu. Dans son livre Office Politics, How to Thrive in a World of Lying, Backstabbing and Dirty Tricks (Vermilion) publié en Grande-Bretagne en février dernier, il explique comment s’inspirer des collègues toxiques pour réussir et, surtout, pour ne pas se faire bouffer tout rond.

JOBBM   Comment reconnaître un collègue psychopathe, machiavel ou narcissique?
Oliver James Les personnes à tendance psychopathique sont froides et incapables d’éprouver de l’empathie. Souvent, elles n’ont pas de relations stables.

Les machiavels, eux, sont des manipulateurs. Ils sont plus difficiles à reconnaître, parce qu’ils ont du charme et savent ce qu’on veut entendre. Ils savent aussi ce qu’on ne veut pas entendre et sauront l’utiliser pour nous déstabiliser au besoin.

Les personnes narcissiques sont les plus faciles à repérer. Tout ce qui les intéresse, c’est elles-mêmes. Elles cherchent constamment à impressionner.

Souvent, ces traits se superposent et alors on a affaire à un «triadique». Mais tout n’est pas nécessairement noir ou blanc : certaines personnes sont très psychopathes, d’autres moins, d’autres pas du tout.

Pourquoi le nombre de personnes possédant ces traits est-il en croissance?
OJ Au cours des dernières décennies, dans les pays développés, nous sommes passés d’une économie basée sur le secteur manufacturier à une économie de services. Dans une usine, si un travailleur produit 1 000 poupées par jour, il est facile de calculer son rendement, de le payer ou de lui donner une promotion en conséquence.

Mais dans le monde des services, il n’y a pas d’outil de mesure objectif de notre travail. Il devient donc facile de s’attribuer le crédit pour les réussites des autres, tout comme il est facile d’imputer nos fautes à nos collègues. Tout ce qui compte, c’est la façon dont notre contribution est perçue. Cela constitue un terreau fertile pour ces personnalités, car elles sont les pros du jeu politique au boulot.

En règle générale, il faut cesser de penser que se prêter au jeu politique au bureau est une mauvaise chose.

Vous qualifiez le phénomène d’«épeurant», mais l’est-il vraiment? On ne trouve pas un seul triadique dans notre équipe.
OJ Il n’y en a pas nécessairement dans chaque milieu de travail. Mais si vous étudiez attentivement les personnes au sommet de l’entreprise pour laquelle vous œuvrez, vous verrez probablement qu’elles possèdent davantage ces traits que vous. Seulement 1 % de la population a des traits psychopathiques, mais chez les cadres supérieurs, ce taux grimpe à 4 %. Si vous n’en trouvez toujours pas, c’est peut-être que le Québec est comme le Danemark, par exemple, où être perçu comme vilain ne vous mènera nulle part. Dans un tel contexte, les «triadiques» doivent se contrôler davantage et bien cacher leur jeu. À New York, par contre, c’est vu comme un atout.

Ces personnes sont-elles malades?
OJ En termes cliniques, on pourrait affirmer qu’elles ont un trouble de la personnalité. Mais ceux qui réussissent vraiment au travail sont les psychopathes, les machiavels, les personnes narcissiques et les «triadiques» dits fonctionnels. Déceler leur pathologie, cerner pourquoi ils sont malheureux et comprendre qu’ils ont souffert dans leur enfance ne nous avance toutefois à rien quand ils sont nos collègues et patrons.

Comment agir avec eux?
OJ Mieux vaut s’éloigner autant que possible des psychopathes et des machiavels. On peut par contre facilement travailler avec un collègue ou un patron narcissique. On peut même les flatter pour les avoir de notre côté…

En règle générale, il faut cesser de penser que se prêter au jeu politique au bureau est une mauvaise chose. Au lieu de se complaire dans le rôle de la victime, on gagne à apprendre de ces personnes qui font de notre vie un enfer. Elles ont des compétences que nous ne possédons pas. La preuve, un psychopathe moins talentueux que vous pourra avoir plus de succès grâce à ses habiletés politiques.

Vous voulez dire qu’il faut se mettre à écraser ou manipuler les autres nous aussi? Beau programme!
OJ Ce qui est certain, c’est que pour réussir sur le plan professionnel, il faut être charmant, intrépide, impitoyable, concentré, avoir une grande force mentale et la capacité d’agir sans hésiter. Les collègues «triadiques» ont ces caractéristiques, à différents degrés. C’est tout un art et il faut le maîtriser à notre façon.

Il faut surtout réaliser qu’au travail, tout est politique. Une communication sur cinq contient un mensonge et chacun campe déjà un personnage. On nie cela parce qu’on pense être une bonne personne, par rapport aux mauvaises personnes, qui mentent. Mais l’admettre permet de voir venir les coups des collègues toxiques et d’y répondre, mais aussi d’atteindre nos buts.

Par exemple, si vous souhaitez obtenir un dossier très intéressant, vous devrez persuader votre patron que vous êtes la bonne personne pour vous en occuper. Vous devrez probablement le convaincre de vous choisir plutôt que votre voisin de bureau, qui est pourtant votre ami! C’est comme ça que ça marche. Il faut en être conscient.

C’est aussi une question de santé : les personnes qui excellent en politique au bureau risquent moins de souffrir d’un épuisement professionnel. Quand une entreprise en mauvaise posture procède à des suppressions de postes, les meilleurs politiciens s’en tirent mieux et sont moins stressés.

Vous affirmez que les coups bas (menaces, sabotage, diffamation, tromperie) peuvent être éthiques. Comment est-ce possible?
OJ Si vous apprenez une chose gênante sur la vie personnelle d’un collègue qui vous mène la vie dure, vous pouvez le faire chanter plutôt que d’aller le dénoncer au patron, afin que cesse son comportement. Vous pouvez employer la même stratégie si quelqu’un répand des rumeurs à votre sujet ou si quelque chose d’illégal se trame dans votre entreprise.

N’est-ce pas enfantin comme raisonnement?
OJ Parfois, pour se protéger, on n’a pas le choix. Il faut être plus brillant que l’autre, si on en est capable. Mais il faut faire attention, car ces sales coups peuvent nous rebondir dessus…

Dans quels métiers y a-t-il le plus de psychopathes? Dans quels métiers en trouve-t-on le moins?
1. Président-directeur général 1. Préposé aux soins
2. Avocat 2. Infirmière
3. Travailleur de la télévision/radio 3. Thérapeute
4. Vendeur 4. Artisan
5. Chirurgien 5. Esthéticienne
6. Journaliste 6. Travailleur communautaire
7. Policier 7. Enseignant
8. Membre du clergé 8. Artiste
9. Chef cuisinier 9. Médecin
10. Fonctionnaire 10. Comptable

Source : Dutton, Kevin. The Wisdom of Psychopaths, Doubleday Canada,  2012

commentez@jobboom.com

Partager