Navigation des articles

jessica-ramhormozian

Immigration : Comment éviter de dire «Dans mon pays…» en entrevue

Immigration : Comment éviter de dire «Dans mon pays…» en entrevue

Photo : Dusan Petkovic / Shutterstock

Vous est-il déjà arrivé que l’on vous demande si vous aviez de l’expérience dans votre domaine et que vous répondiez «Oui, mais dans mon pays»? En présentant votre expérience de cette façon, vous faites une distinction entre votre vie «d’avant» et votre vie actuelle, ce qui minimise l’importance de votre expertise professionnelle. Voici quelques trucs pour changer de discours.

Faire un bilan de vos compétences

Effectuez une réflexion sur votre historique professionnel. Quels sont les savoir-faire, savoir-être et savoirs (diplômes, connaissances) que vous avez développés au cours de votre carrière? Quels sont les projets auxquels vous avez participé? Quelles sont les réalisations dont vous êtes le plus fier? Assumez que vous possédez toutes ces expériences dans votre bagage professionnel.

Choisir d’être positif

Vous allez rencontrer plusieurs personnes qui sont déjà passées par là et qui vont vous prodiguer avis et conseils. Gardez à l’esprit qu’il faut en prendre et en laisser.
J’entends souvent : «On m’a dit que mon expérience professionnelle ne sera pas reconnue, qu’ici mes diplômes ne valent rien, etc.» Ces affirmations sont fausses.

Il y aura toujours des cheminements plus difficiles que d’autres et des obstacles à franchir, mais c’est à vous de décider ce que valent vos connaissances et expériences antérieures. Croyez en vous et en votre histoire.

Pratiquer l’entrevue à voix haute

Lorsque l’utilisation des expressions «Dans mon pays…» ou «Quand j’ai immigré…» est déjà bien ancrée dans votre discours de présentation, pratiquez à voix haute pour changer vos réflexes. Pour vous aider, écrivez les points que vous voulez mettre à l’avant au cours de l’entrevue. Répétez autant de fois que nécessaire les réponses aux questions qui reviennent toujours comme : «Parlez-moi de vous» et «Parlez-moi de vos derniers emplois».

L’employeur vous questionnera assurément sur vos emplois antérieurs. Ne cachez pas que votre expérience a été acquise dans un autre pays, mais n’insistez pas trop sur ce fait. On ne veut pas creuser un fossé entre ce qui s’est passé ailleurs et ici.

Expérience personnelle à l’appui

Après mon premier contrat de travail comme conseillère en emploi, je m’exerçais avec une collègue à répondre à la question «Parlez-moi de vous». À chaque nouvel essai, je répétais «J’ai 6 mois d’expérience… », comme si c’était enregistré dans ma mémoire!

Après plusieurs reprises, j’ai finalement été capable de changer mon discours pour «Mon expérience m’a permis de…».

Même si je savais que j’avais très peu d’expérience, j’ai réussi à démontrer une confiance personnelle qui m’a permis de rassurer l’employeur.

Ce qu’il faut absolument retirer de tout ça?

Rassurez l’employeur! Soyez en mesure de bien expliquer ce que vous faisiez dans votre dernier travail afin qu’il soit capable de décortiquer les compétences développées. Démontrez que vous êtes bel et bien intégré en évitant de dire «Dans mon pays…».

jessica-ramhormozian
Jessica Ramhormozian

Jessica Ramhormozian est conseillère en emploi chez PME-MTL Centre-Ouest. Elle encourage le réseautage et autres méthodes hors du commun afin de permettre aux candidats de se distinguer sur le marché du travail compétitif à Montréal. Dynamique, elle aime raconter des histoires, rire et boire du thé.

Voir ses derniers articles »

Partager