Navigation des articles

monique-soucy

Comment faire taire la petite voix intérieure qui sabote votre carrière?

Faites taire votre autosaboteur

Photo : PathDoc / Shutterstock

Vous avez soif de changement dans votre vie professionnelle, mais une petite voix intérieure vous empêche de passer à l’action? Ce fantôme – appelons-le l’autosaboteur – peut être à l’origine de votre stagnation et de plusieurs insatisfactions. Sachez reconnaître sa présence… et le faire taire!

Votre autosaboteur se donne comme mission de vous insuffler sournoisement des perceptions qui dramatisent les risques et vos points faibles, et cachent vos points forts.

Il se met en marche lorsque vous manquez de confiance en vous et que vous avez peur, mais qu’au fond, vous voulez agir et vous en sortir. Il est au top de sa performance lorsque vous n’êtes pas conscient de sa présence.

L’histoire de Claudia

Claudia est adjointe aux ressources humaines dans une grande entreprise. Elle possède une formation pertinente et de bonnes idées pour solutionner les problèmes. Elle est bien rémunérée et a même obtenu deux promotions depuis cinq ans. Malgré cela, elle n’est vraiment pas heureuse dans son travail.

Ses patrons pratiquent une gestion de pompier : ils éteignent les feux et répondent aux urgences en choisissant toujours des solutions qui ne résolvent pas les problèmes de fond. Résultats : les clients se plaignent, et pour les calmer et les retenir, l’entreprise les dédommage. Cette approche occasionne un surplus de travail à l’équipe.

Conséquemment, Claudia n’est plus fière d’elle, malgré une évaluation positive de sa performance. Elle doit s’adapter au style de gestion qui domine dans la compagnie et nier son potentiel et sa créativité. Ses nombreuses propositions demeurent toujours vaines, car les gestionnaires ne veulent pas changer les choses en profondeur.

Claudia songe souvent à proposer ses services ailleurs, mais dès qu’elle y pense, une petite voix lui dit : «Pourquoi ferais-tu cela ? Tu gagnes bien ta vie après tout, tes patrons apprécient ce que tu fais, en t’adaptant, tu y arrives…» Voilà, c’est parti : le mécanisme d’autosabotage de Claudia est déclenché et il opère efficacement.

Sortir de l’impasse

L’autosaboteur justifie nos peurs pour nous maintenir dans l’insatisfaction et le statu quo. Même si l’on est conscient que notre bien-être personnel et notre sentiment de satisfaction professionnelle sont en jeu, on le laisse nous manipuler, plutôt que de faire confiance à nos compétences.

Ce mécanisme inconscient vient donner raison à ces peurs en glissant subtilement dans notre réflexion des pensées négatives et persistantes, qui nous incitent à stagner.

Cette «petite voie intérieure» peut provenir d’événements et de messages (dits ou non dits) tirés de notre passé, comme des paroles de parents bien intentionnés qui nous empêchent de suivre notre voie.

Prenez conscience de ces messages insidieux qui circulent en vous lorsque vous ressentez le désir de faire un changement significatif dans votre vie professionnelle. Notez-les, tentez de faire un lien avec le moment de votre passé où vous avez hérité de ces empreintes. Vous constaterez sans doute que ces «cassettes» n’ont rien à voir avec la réalité, et leur enlèverez ainsi toute crédibilité.

Soyez vigilant et revenez constamment aux faits, c’est-à-dire vos compétences, vos valeurs, vos besoins et votre potentiel. Démasqué, le saboteur en vous faiblira peu à peu, et vous pourrez l’éradiquer pour réaliser les objectifs qui vous conviennent vraiment.

monique-soucy
Monique Soucy

Monique Soucy cumule plus de 25 ans d’expérience en tant que coach en gestion de carrière. Elle a aidé des milliers de personnes à réussir leur réorientation, à préciser leur profil professionnel, à personnaliser leur CV et à obtenir l’emploi convoité. Elle a écrit le livre J’ai mal à mon travail, publié aux Éditions de l’Homme et distribué partout dans la francophonie.

Voir ses derniers articles »

Partager