Navigation des articles

jean-sebastien-marsan

Carrières d’avenir 2014 : Gestion et exploitation d’une entreprise agricole (Productions animales)

laitiere

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du DEC Gestion et exploitation d’entreprise agricole.

Placement

Au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, le taux de placement des diplômés en gestion et exploitation d’une entre­prise agricole atteint 100 % depuis plu­sieurs­ années dans la spécialisation ­Productions animales. Au printemps 2013, on y comptait 12 diplômés.

De son côté, le Collège Lionel-Groulx a produit seulement cinq diplômés en juin 2013, qui ont tous trouvé un emploi. «Les fermes deviennent plus grosses, elles ont besoin de gérants de production», indique Louis Hudon, coordonnateur du Département ­d’agriculture et d’horticulture de ­l’établissement.

Dans les deux cas, le manque ­d’inscriptions au programme empêche les établissements de répondre aux besoins des employeurs. Les étudiants qui veulent prendre la relève d’une ferme forment la majeure partie de l’effectif du programme.

«Depuis plusieurs années, on a des étudiants qui souhaitent reprendre une entreprise qui n’a pas de relève familiale ou qui veulent démarrer leur propre ferme», note Jean-Benoit Parr, enseignant et coordonnateur du département et du programme au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. Mais ces diplômés sont aussi recherchés par les entreprises de services-conseils et de financement agricoles.

Profil recherché

Selon Louis Hudon, le diplômé doit avoir des habiletés autant pour le travail de bureau que pour les tâches manuelles. «Il lui faut planifier et coordonner les travaux de ferme en plus d’assurer la comptabilité et la gestion financière de l’entreprise. Il y a aussi du travail sur le terrain.»

Le technicien agricole est en effet appelé à effectuer des travaux de soudure, de mécanique et de menuiserie. Le diplômé doit également mettre à profit ses connaissances en agronomie, en gestion de la main-d’œuvre, en finance et en environnement. Avoir un bon esprit d’entrepreneur et de gestionnaire est essentiel pour favoriser la rentabilité et la croissance d’une entreprise agricole.

Perspectives

Un technicien agricole peut obtenir la responsabilité d’une petite équipe d’ouvriers dans une ferme. Il peut aussi devenir gestionnaire d’une ­entreprise agricole et prendre les rênes de ­l’exploitation après quelques années d’expérience. Les entreprises de services agricoles, de même que les coopératives agricoles, offrent des débouchés pour les ­diplômés. Ils y sont conseillers et peuvent gravir progressivement les échelons.

Certains techniciens poursuivent des études universitaires dans des programmes liés à l’agriculture pour accéder à d’autres postes, par exemple ­agronome ou ­ingénieur en génie agroenvironnemental. À compter de 2015-2016, le program­me sera remplacé par Gestion et technologies d’entreprise agricole, qui visera à rehausser les compéten­ces en gestion des étudiants.

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 93
Diplômés en emploi : 78,4 %*
À temps plein : 89,1 %
En rapport avec la formation : 91,8 %
Aux études : 18,9 %
Taux de chômage : 1,7 %
Salaire hebdomadaire moyen : 590 $

Source : La Relance au collégial en formation technique – 2012

* Ce faible taux d’emploi peut s’expliquer par le pourcentage élevé de diplômés qui poursuivent leurs études (18,9 %).

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Voir la liste complète des formations gagnantes de 2014 au niveau collégial


Cet article est tiré du guide Les carrières d’avenir 2014.

Partager