Portrait métier :
Avocat(e) en litige

Aujourd’hui, Jobboom vous présente la profession d’avocat en litige.
Maître Annie-Elizabeth Girard, avocate en litige depuis près de 20 ans au sein de son cabinet Girard Avocats, nous parle de sa carrière dans les moindres détails!

Jobboom : En quoi consiste le métier d’avocat?

Maître Annie-Elizabeth Girard (AEG) : Les avocats sont des spécialistes en recherche de solutions. Ils agissent le plus souvent comme conseillers afin de prévenir et de régler des situations problématiques. Ils peuvent aussi agir comme médiateurs et conciliateurs pour éviter à leurs clients de judiciariser une situation et d’avoir à entreprendre des  procédures qui peuvent parfois être aussi complexes que coûteuses devant les tribunaux.

En effet, la prévention et la médiation prennent de plus en plus de place dans le travail de l’avocat. Il vaut aussi mieux s’entendre à l’amiable pour éviter de créer un conflit, ce qui est à l’avantage des relations des personnes et des entreprises.

En somme, le rôle de l’avocat est de trouver la meilleure solution pour chaque personne, quelle que soit la situation!

Jobboom : Quelles sont les compétences primordiales?

AEG :. Aimer les gens, être à leur écoute nous permet de bien comprendre leur situation et la problématique qu’ils rencontrent ou qu’ils appréhendent. Il faut aussi avoir une très bonne capacité d’analyse combinée à une bonne connaissance du droit pour se diriger vers la bonne piste de solution et surtout être en mesure de cerner les points forts et les points de vigilance qu’une affaire comporte. Il faut être en mesure de donner l’heure juste aux clients sur leur situation et de voir clair dans la prétention de l’autre partie! L’avocat est un conseiller et souvent un bon négociateur.

Être capable de bien synthétiser et de s’exprimer clairement sont des qualités essentielles. Les textes de loi sont parfois complexes et notre rôle est d’identifier quelles dispositions s’appliquent à chaque situation et de faciliter leur compréhension par nos clients.

Peu importe le domaine de droit où il choisit de pratiquer, l’avocat est un officier de justice et, en ce sens, il a le devoir de bien se conduire et de servir la justice avec honneur, intégrité et dignité.

Jobboom : Quels sont les traits de personnalités particulièrement utiles à un avocat?

AEG : Selon moi, la plupart des avocats sont des gens prudents et rigoureux dans la maîtrise des faits et du droit. Ils entrent facilement en relation avec les autres. Bien communiquer est extrêmement important dans notre travail. Il faut être en mesure de bien comprendre, mais aussi d’être bien compris, de bien expliquer les faits d’une cause, mais aussi de savoir se mettre à la place de son client, voire même de l’autre partie, pour bien comprendre leur point de vue.

Puisque notre travail consiste très souvent à trouver des solutions, il faut aimer chercher, réfléchir pour mieux comprendre une situation, développer une parfois même plusieurs stratégies pour bien négocier, résoudre ou éviter des difficultés ou des problèmes!

Il faut avoir la conviction que les solutions développées sont les bonnes et savoir les défendre et les faire valoir!

Jobboom : Quels sont les principaux défis à surmonter?

AEG : La première réponse qui me vient à l’esprit, c’est d’apprendre à très bien gérer son temps et ses priorités. Nous avons souvent des échéances très serrées et des situations qui évoluent en temps réel puisque nous travaillons avec des gens dans des situations parfois complexes. Être en mesure de réagir rapidement aux imprévus demande des ajustements parfois rapides, tant dans notre vie professionnelle que notre vie personnelle.

Notre profession doit s’ajuster aux nouveaux modèles d’affaires. Les gens veulent notamment planifier et connaître les coûts des services juridiques et de leur avocat. En ce sens, la tarification à l’heure, c’est dépassé! L’ensemble de la profession doit s’ajuster et développer des modèles de facturation mieux adaptés aux besoins des gens. Nous devons être plus présents et plus disponibles pour nos clients tout en gardant en tête que nos honoraires doivent être justes et raisonnables.

Jobboom : À quoi ressemble une journée type?

AEG : Cela dépend vraiment du champ de pratique de l’avocat. Certains passent toute leur journée dans leur bureau à rédiger des documents légaux, à faire des recherches ou à négocier des contrats. D’autres, comme moi et les membres de notre équipe, sont des avocats en litige qui passent beaucoup de temps à rencontrer des clients ou à la cour. Cela ne veut pas dire que je ne passe pas de temps dans mon bureau à faire des recherches ou à rédiger!

Jobboom : Quelles sont les spécialisations les plus courantes?

AEG : Il y a un grand nombre de spécialisations différentes. Il y a des avocats de pratique privée et d’autres qui sont à l’emploi de Sociétés ou de compagnies qui ont un service juridique à l’interne et d’autres peuvent travailler pour le gouvernement (comme le procureur de la Couronne ou le Curateur Public par exemple). On retrouve plusieurs domaines de spécialisations, tels que le droit corporatif, le droit fiscal, le droit municipal, le droit médical, le droit criminel, le droit du travail, le droit du sport, les recours collectifs, le droit de la famille, etc.  Souvent, un avocat se concentre dans un domaine en particulier où il deviendra très habile puisqu’il sera appelé à travailler avec les mêmes lois.

Jobboom : Quelles sont les possibilités d’avancement?

AEG : La carrière d’un avocat commence obligatoirement par le Stage après la réussite des examens du Barreau.  Puis, rapidement, une spécialisation se développe dans un domaine en particulier. L’objectif devient alors de devenir la référence dans ce domaine, permettant d’écrire de la doctrine ou de devenir un acteur dans la jurisprudence et donc, de faire évoluer la loi.

Ensuite, un avocat peut devenir un associé dans un bureau ou un mentor. Il arrive très souvent que des avocats expérimentés fassent du mentorat avec des avocats plus jeunes.  Il m’arrive régulièrement de contacter des avocats qui, sans être nécessairement mes aînés, peuvent être plus expérimentés que moi dans un domaine en particulier afin de leur demander leur avis sur un dossier sur lequel j’aurais des doutes.

Un avocat peut devenir juge après certaines années de pratique du droit.

Jobboom : Dans quelles industries peut-on trouver des avocats?

AEG : On trouve forcément des avocats dans plusieurs entreprises et ce, peu importe le secteur dans lequel ces entreprises œuvrent.

Par contre, la plupart des structures ont besoin d’avocats plus ou moins régulièrement. Certains se spécialisent pour travailler dans des corporations et parfois, faire partie des conseils d’administration. D’autres vont travailler dans des entreprises à but non lucratif, dans des sociétés publiques ou même directement pour le gouvernement.

Jobboom : Quelles sont les carrières vers lesquelles un avocat pourrait facilement se transférer?

AEG : Certains avocats décident d’évoluer vers la carrière de juge, laquelle est une continuité du métier d’avocat, mais  à la fois différente.

On voit aussi souvent des transferts vers des métiers de comptable ou de fiscaliste, parfois même d’ingénieur. En fait, une réorientation vers n’importe quel métier se fait assez bien, puisqu’avoir des connaissances en droit est toujours très utile!

Jobboom : Quelles études peut-on faire pour devenir avocat?

AEG : Tous les avocats doivent obtenir un baccalauréat d’une faculté de droit. Ensuite, il faut s’inscrire à l’École du Barreau du Québec et réussir l’examen du Barreau qui évalue nos connaissances. Si l’examen est réussi, un stage professionnel de 6 mois doit être complété et réussi pour, par la suite, être assermenté et reçu membre du Barreau.

Il faut noter que les avocats doivent suivre une formation continue tout au long de leur carrière afin de rester à jour dans leurs connaissances et l’évolution des procédures et des lois.

 

Jobboom : Avez-vous des conseils pour les intéressés?

AEG : Je pense que dans tout ce que l’on fait, on doit être passionné. On doit être animé par le goût d’aider les autres. C’est aussi un métier qui demande beaucoup de travail et qui comporte son lot de pressions, comme bien d’autres  Il faut être rigoureux et assidu. Pour ma part je suis  privilégiée de pouvoir faire ce métier, que j’aime encore plus chaque jour, et de le faire avec une équipe dynamique pour qui faire une différence dans la vie des gens est important.

Par exemple, dans un cas de séparation, c’est une tempête pour l’ensemble de la famille! Toutefois, lorsqu’on arrive avec un confrère, voire même parfois l’aide d’un juge qui a créé une situation favorable pour la suite, la reconnaissance de cette famille est vraiment la plus belle des récompenses.

Jobboom : Comment gérez-vous votre vie personnelle avec tout ça?

AEG : J’essaie de toujours me rendre disponible pour les gens, mais c’est aussi une question de gestion de son temps. Il faut savoir trier ce qui est urgent et ce qui est important et déterminer des limites. Il faut savoir bien s’entourer et déléguer. Le plus difficile pour moi, c’est de respecter mes limites et savoir prendre du temps pour moi et ma famille. Puisque la santé et la bonne forme physique font partie des valeurs de notre équipe, c’est ce qui me ramène à la famille! Pour bien réfléchir, analyser, écouter les gens, pour bien travailler et performer il faut être en santé!

Jobboom : Une anecdote de travail particulièrement marquante?

Il m’est arrivé plus d’une fois, après qu’une affaire soit résolue, de recevoir un coup de fil de la partie adverse qui désirait retenir nos services pour un autre litige. Et ça aussi, c’est très valorisant! Cela prouve que lorsqu’on fait son travail consciencieusement et respectueusement, on peut gagner le respect de toutes les parties.

++++

Le point de vue du recruteur 

En tant que directrice de son cabinet, Maître Girard a aussi procédé au recrutement de plusieurs avocats pendant son parcours. Elle nous donne donc les clés du recrutement d’un avocat.

Jobboom : Quelles sont les compétences clés que vous cherchez sur le CV d’un avocat?

AEG : Sur le CV, nous recherchons de bons résultats académiques, mais ce sont surtout les capacités relationnelles qui priment. La rencontre avec le candidat est donc décisive!

Les expériences auprès de structures communautaires ou familiales révèlent la présence de certains traits de personnalité importants chez le candidat.

Jobboom : Quelle importance donnez-vous à un portfolio?

AEG : S’il s’agit d’un avocat qui se démarque particulièrement dans un plaidoyer ou à travers des doctrines qu’il a écrites, le portfolio peut être intéressant. Il peut efficacement démontrer la compétence de cet avocat dans son domaine de spécialisation.

Jobboom : Comment se déroule l’entrevue? Quels éléments ou informations cherchez-vous à obtenir?

AEG : On a besoin de sentir que le candidat est dynamique et attentif! Voyez-le comme ceci : si vous avez un problème et que vous cherchez de l’aide, vous voudrez sentir que votre interlocuteur est présent et qu’il est à votre écoute, qu’il n’adhère pas automatiquement à tout ce que vous dites!

Bref, on a besoin de sentir que le candidat maîtrise le travail d’avocat : être à l’écoute des besoins, les synthétiser et présenter ses points forts comme une solution!

Bien sûr, avoir de l’entregent et montrer sa connaissance des lois va aussi jouer un rôle important!

Prêt à postuler? Rendez-vous sur Jobboom en cliquant ici pour consulter toutes les offres d’emploi disponibles dans le secteur Droit et métiers reliés à la protection du public.