DEP
Mécanique d’ascenseur


 

< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 86,1%
Emploi à temps plein : 94,7%
Emploi à temps plein en lien avec la formation : 94.4%
Taux de chômage : 5.3%
Salaire horaire médian : Non pulié
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

Les personnes souhaitant intégrer le marché du travail comme mécaniciens d’ascenseurs ont tout intérêt à suivre la formation menant à l’obtention du DEP Mécanique d’ascenseur. À la fin de leurs études, ils auront appris à installer, à entretenir et à réparer des systèmes de déplacement mécanisés comme des ascenseurs, des monte-charges ou des escaliers roulants.

Ils pourront être employés par des entreprises d’entretien ou de construction d’ascenseurs une fois rendus sur le marché du travail. Parmi leurs tâches principales, on retrouve l’interprétation des plans; l’installation des ascenseurs et d’autres équipements; la vérification du fonctionnement et des dispositifs de sécurité ainsi que la détection des défectuosités électriques ou mécaniques.

Professions visées 

  • Constructeurs/constructrices et mécaniciens/mécaniciennes d’ascenseurs (7318)

Profil recherché

Débrouillardise et autonomie sont des qualités bien souvent recherchées par les employeurs des mécaniciens d’ascenseurs, à qui l’on demande évidemment de ne pas avoir le vertige.

Comme certaines réparations doivent parfois s’effectuer en hauteur dans des endroits clos, il est nécessaire d’être en bonne forme physique. La dextérité manuelle, la précision, le professionnalisme et le respect des normes de sécurité sont d’autres qualités essentielles à détenir pour exercer ce métier.

Par ailleurs, les mécaniciens d’ascenseurs doivent être disponibles de jour, de soir et les fins de semaine afin d’être en mesure d’intervenir dès qu’une panne survient.

Perspectives

Les perspectives d’emploi pour ce métier sont favorables pour l’ensemble de la province selon Emploi-Québec. Le taux d’emploi des diplômés est très intéressant, spécialement dans le domaine de la construction qui accueille 86,1 % des personnes en emploi.

Selon la Commission de la construction du Québec, l’entretien et la réparation des systèmes existants augmentent les débouchés pour ce métier qui employait 1100 personnes dans ce secteur en 2016. En cours de carrière, un mécanicien d’ascenseur pourra passer du statut d’apprenti à celui de compagnon, ce qui fera presque doubler son salaire annuel.