DEP Mécanique d’ascenseur
(Montréal)


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 86.1%
Emploi en lien avec la formation : 94.7%
Taux de chômage : 0%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

La réussite des études du DEP Mécanique d’ascenseur dirige les diplômés vers un poste de mécanicien d’ascenseurs au sein d’entreprises de services d’entretien ou d’entreprises de construction d’ascenseurs.

Cette formation professionnelle de 1800 heures leur apprendra à réparer des ascenseurs ainsi que divers systèmes de déplacement mécanisé. Sur le marché du travail, les diplômés auront à installer de l’équipement, à vérifier le fonctionnement des systèmes ou des dispositifs de sécurité et à détecter les défectuosités.

Professions visées 

  • Constructeurs/constructrices et mécaniciens/mécaniciennes d’ascenseurs (7318)

Qualités requises

Pour suivre avec succès cette formation, les candidats devront être débrouillards et autonomes. Il est impératif de ne pas avoir le vertige et d’être en bonne forme physique, car certaines réparations ont lieu en hauteur et dans des endroits clos. La dextérité manuelle et la précision sont d’autres qualités recherchées chez les futurs travailleurs.

Critères d’admissibilité à la formation

Un diplôme d’études secondaires (ou son équivalent) est minimalement requis pour être admis au DEP en mécanique d’ascenseurs. D’autres combinaisons pouvant inclure l’âge des candidats, les apprentissages équivalents, les préalables, la réussite de tests ou l’autorisation du ministère de l’Éducation sont aussi possibles.

Particularités régionales

La main-d’œuvre spécialisée en mécanique d’ascenseurs compte environ 200 travailleurs dans la région de Montréal et un seul centre de formation professionnelle offre le programme. Avec un taux d’emploi estimé à 86,1 % par le ministère de l’Éducation (Enquête Relance 2015), les diplômés montréalais ont accès aisément au marché du travail.

Si l’on prend compte du pourcentage de diplômés ayant poursuivi leurs études à la suite du DEP, soit 13,9 %, on peut donc en conclure que la totalité des diplômés montréalais aptes à l’emploi sont actifs professionnellement.

Perspectives

Par ailleurs, Emploi-Québec estime pour sa part que les perspectives d’emploi sont favorables jusqu’en 2019 pour les personnes à la recherche d’un emploi dans ce secteur d’activité. Quant aux besoins de main-d’œuvre, ils sont jugés comme étant modérés.

Dans le domaine de la construction, un mécanicien d’ascenseur pourra amorcer sa carrière comme apprenti pour ensuite obtenir un poste de compagnon.