DEC
Techniques en santé animale
(Laurentides)


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 80.8%
Emploi en lien avec la formation : 89.5%
Taux de chômage : 0%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Acceptables – Favorables

Emplois dans le secteur

Une carrière de technicien vétérinaire, de technicien en santé animale ou de préposé aux soins des animaux est accessible aux diplômés du DEC Techniques de santé animale. Cette formation collégiale leur apprendra, entre autres, à assister les vétérinaires dans leurs fonctions, à participer aux traitements des troubles de santé des animaux, à épauler des chercheurs lors d’épreuves expérimentales ou encore à nourrir ou dresser des animaux.

Les finissants pourront notamment travailler dans le secteur clinique, le domaine de la recherche, les refuges pour animaux, les jardins zoologiques, les animaleries ou encore dans l’industrie pharmaceutique ou l’élevage.

Professions visées

  • Technologues en santé animale et techniciens/techniciennes vétérinaires (3213)
  • Soigneurs/soigneuses d’animaux et travailleurs/travailleuses en soins des animaux (6563)

Qualités requises

En plus de ne présenter aucune allergie aux animaux, les personnes désirant suivre cette formation devront être curieuses, concentrées et vigilantes. Parmi les autres qualités habituellement requises chez ces futurs travailleurs, mentionnons la dextérité manuelle, l’esprit d’analyse et le sens des responsabilités.

Critères d’admissibilité à la formation

Afin d’être admis à la formation collégiale en techniques de santé animale, les candidats devront avoir réussi les cours de mathématiques (culture, société et technique) et de science et technologie de l’environnement ou de science et environnement de la 4e secondaire. Ils auront aussi à respecter les conditions générales d’admission du Règlement sur le régime d’études collégiales.

Particularités régionales

Il y aurait environ 350 technologues en santé animale ou techniciens vétérinaires et 300 soigneurs d’animaux ou travailleurs en soins des animaux dans la région des Laurentides. Le marché de l’emploi présente de nombreuses opportunités pour les diplômés régionaux de la formation collégiale, même si plusieurs diplômés décident de poursuivre leurs études dans le domaine.

De fait, à la suite de l’obtention de leur diplôme en 2015, 69,7 % des finissants de la région étaient actifs sur le marché du travail alors que 30,3 % d’entre eux étaient aux études (Enquête Relance 2016 du ministère de l’Éducation).

Perspectives

Selon Emploi-Québec, tous les métiers liés à la réussite du DEC en techniques en santé animale, soit les technologues, les techniciens, les préposés ou les soigneurs, présentent des perspectives professionnelles favorables dans les Laurentides jusqu’en 2019.

La demande de main-d’œuvre devrait rester modérée et le taux de chômage devrait demeurer faible au cours de cette même période pour ce secteur d’activité.