DEC Techniques d’hygiène dentaire
(Montréal)

 

< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 95.8%
Emploi en lien avec la formation : 94.1%
Taux de chômage : 6.3%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

La réussite des études du DEC Techniques d’hygiène dentaire permet aux personnes diplômées de faire carrière comme hygiénistes dentaires dans le secteur privé ou dans le domaine public. L’obtention du permis de l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec est aussi nécessaire pour porter ce titre professionnel.

Sur le marché du travail, les diplômés auront comme principales responsabilités de réaliser des traitements préventifs ou curatifs d’hygiène dentaire (examen des dents, prise de radiographies, consultation avec les dentistes, etc.) et de transmettre des renseignements à la population à propos de la santé buccodentaire.

Professions visées 

  • Hygiénistes et thérapeutes dentaires (3222)

Qualités requises

Toute personne souhaitant suivre avec succès cette formation devra habituellement posséder d’excellentes habiletés communicationnelles comme l’écoute, le tact et l’empathie. La dextérité manuelle, la minutie et la rigueur sont également de mise. En emploi, on demandera aux futurs travailleurs de maintenir leur environnement de travail propre et ordonné en toutes circonstances.

Critères d’admissibilité à la formation

Afin d’être admis à la formation collégiale en techniques d’hygiène dentaire, les candidats sont dans l’obligation de satisfaire aux conditions générales d’admission du Règlement sur le régime d’études collégiales et d’avoir réussi le cours de chimie de la 5e secondaire.

Particularités régionales

Il y aurait environ 600 hygiénistes dentaires sur le marché de l’emploi montréalais et quelque 6000 travailleurs œuvrant dans le domaine à l’échelle provinciale.

Les diplômés de ce programme de la région montréalaise ont d’excellentes chances de décrocher un emploi à la suite de leurs études. Avec un taux d’emploi de 95,8 % (Enquête Relance 2016), l’accès au marché du travail leur est presque garanti.

Perspectives

Le métier d’hygiéniste dentaire fait partie des professions les plus « en demande » dans plusieurs régions de la province, selon Emploi-Québec. À Montréal, les perspectives d’emploi sont qualifiées de favorables et la demande de main-d’œuvre devrait être modérée jusqu’en 2019. Les perspectives sont les mêmes pour l’ensemble de la province.

En cours de carrière, les hygiénistes dentaires pourront se spécialiser dans une discipline (p. ex. : orthodontie) ou poursuivre leurs études dans le domaine au niveau universitaire.