DEC Techniques d’hygiène dentaire
(Lanaudière)


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 100%
Emploi en lien avec la formation : 92.9%
Taux de chômage : 0%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

La réussite des études du DEC Techniques d’hygiène dentaire permet aux personnes diplômées de se diriger vers une carrière à titre d’hygiénistes dentaires dans des cliniques privées ou dans le réseau public de la santé. Au terme de leurs études, elles seront dans l’obligation d’obtenir leur permis auprès de l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec avant d’entrer en fonction.

Cette formation technique leur apprendra entre autres à effectuer divers traitements d’hygiène dentaire (préventifs ou curatifs). Parmi leurs principales responsabilités professionnelles, notons l’examen des dents, la prise de radiographies ou les consultations avec les dentistes.

Professions visées

  • Hygiénistes et thérapeutes dentaires (3222)

Qualités requises

Afin de suivre avec succès cette formation, les futurs travailleurs devront posséder d’excellentes capacités communicationnelles et relationnelles comme l’écoute, le tact et l’empathie. Par ailleurs, dans le cadre de leur travail, on leur demandera d’avoir une bonne dextérité manuelle et de faire preuve de minutie ainsi que de rigueur.

Critères d’admissibilité à la formation

Il faudra avoir réussi le cours de chimie de la 5e secondaire et respecter les conditions générales d’admission du Règlement sur le régime d’études collégiales afin d’être admis à la formation collégiale en techniques d’hygiène dentaire.

Particularités régionales

On estime qu’environ 500 personnes travaillent à titre d’hygiénistes dentaires dans la région de Lanaudière. Avec un taux d’emploi de 100 % selon les données les plus récentes compilées par le ministère de l’Éducation dans son Enquête Relance 2016, les diplômés régionaux de ce programme d’études n’ont aucune difficulté à accéder au marché du travail.

Les besoins de personnel qualifié sont constants dans la région ainsi que dans l’ensemble de la province. De fait, le métier d’hygiéniste dentaire fait partie des professions les plus « en demande » actuellement dans plusieurs régions et de nombreuses possibilités d’emploi sont offertes aux finissants de la formation collégiale, selon Emploi-Québec.

Perspectives

Il n’est donc pas surprenant de voir que les perspectives d’emploi sont jugées favorables et que la demande de main-d’œuvre devrait être élevée jusqu’en 2019 pour ce métier.

En cours de carrière, il sera toujours possible pour les hygiénistes dentaires de se spécialiser dans une discipline particulière (p. ex. : orthodontie) ou encore de poursuivre leurs études au niveau universitaire dans le domaine.