DEC Acupuncture
(Montréal)


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 88.9%
Emploi en lien avec la formation : 100%
Taux de chômage : 0%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

Les personnes souhaitant effectuer le métier d’acupuncteur dans des cliniques privées ou à leur compte doivent d’abord terminer leurs études du DEC Acupuncture puis obtenir leur licence professionnelle auprès de l’Ordre des acupuncteurs du Québec.

À la suite de leur formation, ils seront en mesure d’établir un diagnostic énergétique de leurs clients selon la méthode traditionnelle orientale (ou chinoise). Ils les traiteront afin de soulager leurs douleurs ou leurs problèmes de santé et ils effectueront le suivi de leur état.

Professions visées 

  • Praticiens/praticiennes des médecines douces (3232)

Qualités requises

Toute personne souhaitant suivre avec succès cette formation devra d’abord posséder un excellent dossier scolaire et se soumettre à un test psychométrique de personnalité. L’esprit d’analyse et de synthèse, l’ouverture d’esprit, la maturité, le jugement, la rigueur, le dynamisme et la confiance en soi sont quelques-unes des qualités requises. Par ailleurs, les futurs travailleurs devront avoir de bonnes habiletés communicationnelles et relationnelles, du leadership et une excellente dextérité manuelle.

Critères d’admissibilité à la formation

Il faudra satisfaire aux conditions générales d’admission du Règlement sur le régime d’études collégiales et réussir les cours de science et technologie de l’environnement ou de science et environnement de la 4e secondaire afin d’être admis au DEC en acupuncture.

Particularités régionales

Dans la région de Montréal, les diplômés du DEC en acupuncture auront accès au marché du travail avec une certaine facilité si l’on se fie aux plus récentes données de l’Enquête Relance du ministère de l’Éducation à propos de la situation des titulaires d’un diplôme d’études collégiales.

De fait, les finissants de 2014 de ce programme étaient actifs en emploi dans une proportion de 88 %. Près de 3 diplômés sur 4, soit 71,4 %, travaillaient à leur compte.

Perspectives

Le fait de pouvoir exercer le métier d’acupuncteur à son compte constitue la principale raison expliquant les bonnes perspectives professionnelles des diplômés. Ces derniers ont également l’occasion de se joindre à une clinique d’acupuncture établie ou à une équipe multidisciplinaire en clinique holistique ou médicale.

Les acupuncteurs pourront perfectionner leurs techniques en suivant des formations en cours de carrière dans leur domaine d’expertise ou dans des disciplines complémentaires.