ASP
Restauration de maçonnerie

 

< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 83.7%
Emploi à temps plein : 95.3%
Emploi à temps plein en lien avec la formation : 75%
Taux de chomage : 3,8%
Salaire horaire médian : 34.5$
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Acceptables

Emplois dans le secteur

L’ASP Restauration de maçonnerie forme les étudiants aux métiers de briqueteurs-maçons ou de maçons en travaux de restauration en pierre. Il est à noter que pour accéder à ce programme d’études, ils devront soit détenir un DEP en briquetage-maçonnerie, soit se faire reconnaître des apprentissages équivalents ou encore exercer un métier lié.

À la fin de leur attestation de spécialisation professionnelle d’une durée totale de 495 heures, les diplômés auront acquis toutes les connaissances et les techniques afin de restaurer des ouvrages de maçonnerie. Le contenu du programme inclut, entre autres, le remodelage, la réfection, le nettoyage ou l’étaiement de différents éléments de maçonnerie.

Professions visées 

  • Briqueteurs-maçons/briqueteuses-maçonnes (7281)

Profil recherché

Les formations de briqueteurs-maçons et de maçons en travaux de restauration en pierre nécessitent des candidats en bonne condition physique leur permettant de travailler dans des conditions parfois difficiles (chaleur, froid, intempéries, etc.) durant toute l’année. Ils devront aussi soulever et transporter des matériaux et des équipements lourds.

Devant parfois exécuter leurs tâches dans les hauteurs, ces futurs travailleurs ne doivent pas avoir le vertige. Ils ont intérêt à posséder une excellente dextérité manuelle et à démontrer de la minutie ainsi que de la précision. Comme les travaux de réfection d’un bâtiment impliquent généralement d’autres professionnels, la capacité de travailler en équipe est une autre qualité requise.

Perspectives

Ces professionnels en restauration de maçonnerie peuvent travailler à leur compte ou pour des entreprises de briquetage. Les perspectives professionnelles sont donc variées dans ce domaine qui enregistre un taux d’emploi de 83,7 %.

Selon Emploi-Québec, les diplômés ont des chances « acceptables » de décrocher un emploi à la fin de leurs études dans plusieurs régions de la province, sauf dans les régions de la Capitale-Nationale, de l’Estrie, de la Mauricie et des Laurentides qui ont des perspectives « restreintes ». Quant à la demande provinciale de main-d’œuvre, elle est jugée « modérée » jusqu’en 2019.