Navigation des articles

anick-perreault-labelle

Se vendre même sans une expérience appropriée!

Ceux qui postulent à des emplois pour lesquels ils n’ont aucune expérience professionnelle peuvent tout de même faire valoir… l’expérience qu’ils ont!

Incroyable, mais vrai : «Un cuisinier peut utiliser son expérience derrière les chaudrons pour obtenir un poste dans un service de garde, dit Jocelyne Vaillant, directrice du Club de recherche d’emploi Sud-Ouest de Montréal.

Après tout, les deux postes requièrent une bonne organisation, de la créativité et la capacité à travailler sous pression.» Gisèle DesRoches, conseillère en ressources humaines agréée chez GDR Conseils, se rappelle d’un vendeur dans le domaine alimentaire embauché pour recruter des artistes… dans un organisme culturel. «Il a insisté sur son habileté à cerner les besoins d’un client», dit-elle.

On le voit : si vous changez de domaine, identifiez et mettez de l’avant dans votre CV, les compétences transférables qui vous serviront dans votre future profession. Cela vaut mieux que de cacher une partie de votre expérience et d’avoir ainsi un trou dans votre curriculum vitæ!

L’importance des loisirs

L’autre astuce : insistez sur vos loisirs qui démontrent un intérêt pour votre nouveau domaine. Par exemple, si un cuisinier s’intéresse assez aux enfants pour vouloir travailler en service de garde, il y a des chances qu’il ait participé à des activités pour des jeunes ou qu’il siège au conseil d’administration de la garderie de ses propres enfants.

Parfois, un parcours atypique peut même être un avantage. «Par exemple, un psychologue intéressé par la vente pourrait être embauché dans un magasin pour sa capacité à cerner les motivations des clients», illustre Mme Vaillant. Même si ce psychologue ne connaît rien au métier de vendeur!

Partager