Navigation des articles

julie-leduc

Outaouais

Les emplois dans la fonction publique fédérale, le tourisme et la présence de grandes industries favorisent le placement des finissants de la formation professionnelle et technique en Outaouais.

«Nos diplômés bénéficient du faible taux de chômage qui prévaut en Outaouais», annonce Mylène Forcier, technicienne en organisation scolaire au Centre de formation professionnelle (CFP) Relais de la Lièvre-Seigneurie, à Gatineau. Ceux du secteur de l’alimentation sont particulièrement recherchés. Les taux de placement des diplômés des DEP en cuisine, en service de la restauration et en pâtisserie atteignent 100 % en 2011. «Les employeurs m’appellent, mais je manque de candidats à proposer, s’inquiète Mylène Forcier. En cuisine, j’ai reçu près de 60 offres d’emploi pour la trentaine de diplômés.» Les restaurants, les hôtels et le Casino du Lac-Leamy les engagent. Tout comme les CSSS et les CPE.

Au Cégep de l’Outaouais, le conseiller pédagogique Louis Raymond note un excellent taux de placement pour la dizaine de diplômés formés annuellement en techniques de bureautique. «La plupart se placent sans problème dans la fonction publique, dit-il. Nous pourrions en former trois ou quatre fois plus.» Au CFP Relais de la Lièvre-Seigneurie, en général le placement des 40 diplômés du DEP en secrétariat s’élève à 85 % tandis que celui des 30 diplômés en comptabilité atteint 80 %. «Le gouvernement fédéral les emploie, tout comme le ministère des Transports, les centres locaux de développement et les entreprises de construction», indique Mylène Forcier.

Louis Raymond constate également depuis 5 ans une forte demande pour les 15 à 20 diplômés formés annuellement en techniques de la documentation. Le placement est aussi excellent pour les techniciens en informatique. Par ailleurs, le conseiller mentionne que le secteur des technologies de l’information et des communications recherche désespérément des finissants en technologie de l’électronique, option télécommunication. «On en forme 6 ou 8 par année, mais on a de la place pour 32.»

Les finissants du DEP en mécanique industrielle de construction et d’entretien sont aussi prisés dans cette région. «J’ai reçu 50 offres d’emploi pour la trentaine de diplômés de 2011», souligne Mylène Forcier. Ces ouvriers polyvalents, habiles en soudure, en électricité et en pneumatique sont recherchés par Hydro-Québec, qui a des bureaux dans la région, l’usine des Produits Kruger de Gatineau et l’ancienne papetière Fraser de Thurso, reconvertie dans la fabrication de rayonne.

Sans surprise, Louis Raymond signale un placement de 100 % pour les 60 diplômés du DEC en soins infirmiers. «Plusieurs choisissent cependant d’aller travailler en Ontario, attirés par de meilleures conditions d’emploi.»

commentez@jobboom.com

Partager