Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Le look de l’emploi : classique ou authentique?

patron_chic

Pour faire bonne impression lors d’une entrevue d’embauche, il vaut mieux laisser à la maison ses bracelets métalliques, sa jupe rockabilly et ses énormes piercings

Isabelle Lavoie, intervenante en toxicomanie et coordonnatrice de Cumulus, un organisme communautaire œuvrant dans les écoles secondaires, a dissimulé, du moins un peu, son look habituel lors de son entrevue d’embauche. «Pour obtenir mon emploi, il y a huit ans, je m’étais habillée d’une façon plus classique, avec une chemise et un pantalon.

Ce n’est qu’ensuite que, petit à petit, j’ai négocié plusieurs choses.» Au fil du temps, elle a ajouté ceinture métallique, coloré ses cheveux, accentué le maquillage, etc. Aujourd’hui, les élèves qu’elle côtoie l’ont classée dans la catégorie «métaleuse pseudo-goth, ascendant grunge», raconte-t-elle en riant.

La neutralité à l’honneur

Lors d’une entrevue d’embauche, vaut mieux adopter un style passe-partout, quitte à l’agrémenter d’une touche personnelle : une cravate colorée, une ceinture originale, un bijou qui sort de l’ordinaire, conseille Cynthia Guay, directrice du recrutement chez Adecco Montréal, une firme de services-conseils en ressources humaines. «L’entrevue est un processus très qui suit certaines règles. Vous êtes toujours mieux d’être plus discret dans votre style.» Sinon, l’employeur pourrait conclure que vous manquez de jugement ou que vous êtes incapable de vous adapter.

Lorsque vous serez en poste, vous pourrez évaluer les limites vestimentaires de votre environnement de travail et adapter votre garde-robe en conséquence. C’est un peu ce qu’a fait Isabelle qui, aujourd’hui, arbore fièrement les mèches mauves, s’habille toujours en noir et enfile ses bottes à semelle haute pour se rendre au travail. Mais l’intervenante respecte tout de même scrupuleusement le code vestimentaire de l’école où elle travaille trois jours par semaine. Jamais elle n’y porte camisoles, jupes courtes ou vêtements qui montrent ses tatouages.

Soyez réaliste

«Si votre style vous colle à la peau au point où vous avez de la difficulté à faire des compromis, il vaut cependant mieux en tenir compte dans votre recherche d’emploi», ajoute Cynthia Guay. En tant qu’intervenante en toxicomanie, Isabelle a définitivement certainement une liberté vestimentaire que tous les travailleurs n’ont pas!

Partager

SUR LE MÊME SUJET