Navigation des articles

equipe-jobboom

Profession : technicien en génie mécanique

Tommy Châteauneuf a décroché un emploi chez Marmen avant même d’avoir terminé sa formation en techniques de génie mécanique. Sa volonté de réussir conjuguée au souci du travail bien fait ont compensé son manque d’expérience. Des qualités qui lui ont permis de se démarquer et d’attirer l’attention des dirigeants de cette entreprise où il effectuait son stage final.

Pour en savoir plus sur cette formation : Carrières d’avenir : Techniques du génie mécanique

Rôle et tâches

Après avoir fait une session en techniques policières et une autre en sciences pures, Tommy désirait s’attaquer à une formation pratique. Le génie mécanique semblait être la solution idéale, puisqu’il possédait déjà une expérience dans l’industrie de la fabrication, ayant travaillé comme machiniste à l’Aluminerie de Bécancourt durant ses études secondaires.

Depuis près d’un an, Tommy est chargé de projet chez Marmen inc., une entreprise spécialisée dans l’usinage de haute précision, la fabrication et l’assemblage mécanique de pièces de toutes dimensions. «Mon patron semble satisfait de moi, car il me donne toujours plus de responsabilités», raconte le diplômé qui poursuit à temps partiel des études universitaires en génie mécanique, afin d’avoir plus de possibilités d’avancement.

Une des principales fonctions du technicien en génie mécanique consiste à faire du dessin technique assisté par ordinateur. «Aujourd’hui, on embauche des dessinateurs dans toutes les sphères industrielles pour qu’ils dessinent toutes sortes de structures et de pièces, pour qu’ils améliorent les chaînes de montage et automatisent des industries», affirme Tommy.

Il a successivement occupé les fonctions de dessinateur et d’inspecteur du contrôle de la qualité. Des postes qu’on retrouve dans de nombreux domaines et dans toute entreprise de production. Maintenant qu’il est chargé de projet, il inspecte des pièces dimensionnelles, c’est-à-dire des morceaux de pièces qui entrent dans la fabrication des pièces pour leur client manufacturier, fait des rapports d’inspection et voit à ce que les pièces soient conformes à la commande.

Qualités recherchées

Le technicien en génie mécanique doit absolument aimer le travail manuel, être débrouillard, autonome et travailleur. Il faut aussi être ordonné et minutieux, posséder un bon sens de l’observation et le souci du détail. La dextérité manuelle est également un atout, puisque le travailleur doit régulièrement manipuler des pièces et des équipements.

«Être polyvalent et chercher à se dépasser est un bon moyen de se faire remarquer par le patron et d’amorcer son ascension dans l’entreprise. Il faut aussi savoir être à l’écoute des besoins du client et être capable de s’adapter facilement aux changements de technologies et de produits à concevoir. Mais au-delà des compétences techniques, il faut avoir confiance en soi, être tenace, rigoureux et persévérant parce qu’on doit souvent faire des ajustements et des modifications au dessin lorsqu’on tente de concevoir une pièce. Une besogne qui peut parfois sembler longue, mais qui n’est jamais ennuyeuse», dit Tommy.

Défis et perspectives

«Si la plupart des diplômés font du dessin, ils sont également formés pour réaliser la robotisation, l’automatisation et la modernisation des chaînes de production dans les entreprises manufacturières ou les compagnies d’alimentation, par exemple. La tendance actuelle est d’en faire des gérants de projet pour qu’ils implantent les normes de contrôle de qualité ISO 9000, conjointement avec les ingénieurs, indique Jocelyn Grenier, professeur et responsable du Département de génie mécanique, option dessin assisté par ordinateur, au Cégep de Thetford. Ce sont des travailleurs polyvalents, et plusieurs entreprises n’hésiteront pas à payer une formation universitaire en génie à leurs employés afin de les rendre encore plus performants et compétents, soutient M. Grenier. Les défis sont nombreux, poursuit-il. Particulièrement en ce qui a trait à la formation continue. Il faut demeurer à la fine pointe de la technologie, pour voir venir les changements et être capable de s’y adapter.» 03/03

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • Le dessinateur, ou technicien, en génie mécanique qui travaille dans de grandes entreprises telles que Bombardier, Culinar, CAE, Général Électrique, etc., ou dans les services de recherche et développement, a des horaires réguliers, soit de 9 h à 17 h, et parfois de soir.
  • Lorsque la rentabilité de l’entreprise dépend d’un projet ou d’un contrat, il arrive qu’on doive travailler beaucoup plus qu’on ne le voudrait et qu’on doive faire des heures supplémentaires.
  • Lorsqu’on travaille en automatisation ou sur des chaînes de montage, il arrive qu’on doive être de garde la fin de semaine afin que la production ou l’expédition de pièces ne soient pas retardées advenant un problème.


Champs d’Intérêt

  • aime le dessin, le travail avec les ordinateurs
  • aime la mécanique
  • aime le travail de bureau, la recherche et le développement
  • aime les applications mathématiques et physiques
  • aime le travail varié et en équipe


Aptitudes

  • autonomie, persévérance, minutie, polyvalence, débrouillardise
  • faculté d’adaptation face aux changements
  • habileté pour la gestion des ressources humaines et la communication
  • habileté pour le calcul, la géométrie et la résolution de problèmes
  • bon sens de l’observation et de l’organisation spatiale
Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager