Navigation des articles

equipe-jobboom

Formation gagnante : sciences de la géomatique

La géomatique est un champ d’études qui fait appel aux sciences de mesure de la Terre ainsi qu’aux technologies de l’information pour faciliter l’acquisition, le traitement et la diffusion des données spatiales ou géographiques sur le territoire.

Découvrez l’édition 2014 du guide
Les carrières d’avenir.

Rôle et tâches

Le diplômé en sciences géomatiques est appelé à travailler à titre d’arpenteur-géomètre, comme expert de la mesure et de la délimitation de la propriété publique et privée. Ses champs d’activité comportent égale­ment la cartographie, la géodésie, l’hydrographie et la télédétection. L’arpenteur-géomètre est reconnu par la loi à titre d’officier public, c’est-à-dire que sa signature fait foi de l’authenticité des documents qu’il produit.

Ses connaissances, tant scientifiques que juridiques, l’amènent à fournir des documents et son opinion à d’autres professionnels (ingénieurs, notaires, urbanistes, etc.) et à la population en général.

Si on le croise souvent, avec son équipe technique, au bord d’une route ou en plein champ avec ses instruments de mesure précis et sophistiqués, il passe aussi beaucoup de temps à consulter et à mettre à jour des données cartographiques, à faire des calculs et à analyser les droits reliés aux propriétés foncières.

Défis et perspectives

La profession d’arpenteur-géomètre a grandement évolué au cours des vingt dernières années, à cause des nombreux développements technologiques (positionnement par satellite, stations électroniques d’arpentage, etc.) et de la complexité des enjeux ayant trait au territoire (environnement, aménagement, nouvelles ­législations, etc.). Cela demande donc à ces professionnels de maintenir constamment leurs connaissances à jour.

Les diplômés ont la possibilité de travailler à l’étranger puisque de nombreux pays cherchent à mieux gérer leur territoire et à protéger les droits fonciers de leurs citoyens. Le Québec est d’ailleurs souvent cité en exemple en la matière. 06/05 (mise à jour 03/10)

Il faut être membre de l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec pour porter le titre d’arpenteur-géomètre.

Horaires et milieux de travail

Les diplômés peuvent travailler auprès des gouvernements fédéral et provincial, des municipalités, des MRC, des bureaux d’experts en arpentage et des entreprises de développement immobilier, de ressources naturelles, de génie ou de construction. Ils peuvent également travailler à leur propre compte, ce qui est le cas de la majorité des arpenteurs-géomètres du Québec.
Au sein des organismes publics, les horaires sont généralement réguliers, de type «9 à 5». Dans le secteur privé, les horaires peuvent varier.

Statistiques

Nombre de diplômés 21*
Diplômés en emploi 75,0 %**
À temps plein 100,0 %
En rapport avec la formation 100,0 %
Aux études 18,8 %
Taux de chômage 0,0 %
Salaire hebdomadaire moyen 877 $

Source : La Relance à l’université, MELS, 2011.
* Données tirées de la catégorie «Géodésie (Arpentage)», qui in­clut aussi les scien­­ces géoma­ti­ques.
** Ce faible taux d’emploi peut s’expliquer par le pourcentage élevé de diplômés qui poursuivent leurs études (18,8 %).

Comment interpréter l’information

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez le Répertoire des universités canadiennes.

Partager