Navigation des articles

christine-lanthier

Dur de concilier travail et jeunes enfants

famille_table

L’atteinte d’un équilibre entre vie professionnelle et vie familiale semble plus ardue pour les parents de jeunes enfants, révèle une étude de l’Institut de la statistique du Québec publiée aujourd’hui.

L’analyse porte sur l’incidence de la satisfaction à l’égard de l’équilibre travail-famille sur la santé mentale. Les auteurs établissent que plus l’on est insatisfait de son équilibre travail-famille plus l’on est susceptible de décrire sa santé mentale comme «moyenne ou mauvaise».

Or, certains facteurs, comme l’âge des travailleurs, l’âge de leurs enfants et le nombre d’heures travaillées nuisent à l’équilibre travail-famille, tandis que d’autres, comme le sexe ou le type de famille, ont peu d’impact.

Ainsi, ce sont les jeunes de 25 à 34 ans, soit les plus susceptibles d’avoir de jeunes enfants, qui sont les plus mécontents de leur équilibre travail-famille. Ils affichent un taux de satisfaction de 77 % comparativement à 81 % pour les 35-44 ans. Les plus de 45 ans et les 18 à 24 ans déclarent pour leur part des taux supérieurs à 87 %.

Par ailleurs, on observe un écart considérable entre les taux de satisfaction des travailleurs ayant des enfants de moins de cinq ans (72 %) et ceux ayant des enfants âgés de 13 ans et plus (89 %).

Sans surprise, ce sont les travailleurs qui cumulent plus de 60 heures par semaine qui s’estiment les plus pénalisés au chapitre de l’équilibre travail-famille. Leur taux de satisfaction s’établit à seulement 62 %, alors que ceux des travailleurs qui font moins de 60 heures par semaine restent supérieurs à 83 %.

En 2011, selon l’Institut de la statistique du Québec, plus de 686 000 couples avec enfants cumulaient deux revenus.

Partager