Navigation des articles

christine-lanthier

Accueil mitigé pour les employés temporaires

Le recours aux employés d’agence cause de l’insatisfaction chez le personnel permanent.

Deux études américaines citées dans Human Resource Executive Online viennent confirmer ce dont on se doutait déjà : les employés temporaires qui débarquent dans les organisations reçoivent souvent un accueil froid de la part du personnel régulier.

Selon l’enquête de la School of Industrial and Labor Relations de l’Université Cornell, l’arrivée de ces employés, recrutés par l’entremise d’agences de placement, alimente le sentiment d’insécurité chez les permanents, en plus de faire baisser leur satisfaction au travail. Pour atténuer cet effet, les chercheurs estiment que les employeurs qui ont recours à de la main-d’œuvre temporaire doivent communiquer clairement aux employés permanents que leurs postes ne sont pas menacés.

L’autre étude sur le même sujet, de l’Université de l’Arizona celle-ci, met plutôt en lumière le fait que les employés temporaires doivent être formés au travail spécifique de l’entreprise où ils aboutissent, tâche qui incombe en général aux employés permanents. Ces derniers voient alors leur charge de travail augmenter, alors qu’en principe, l’aide externe devrait alléger leur fardeau. Il s’en suit souvent un sentiment d’insatisfaction lié à la non-reconnaissance de cette charge supplémentaire.

Laissés à eux-mêmes

Récemment, j’interviewais Michel Vézina, professeur au Département de médecine sociale et préventive à l’Université Laval et médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec, pour préparer une chronique intitulée Équipe solidaire, sur le soutien social au travail. Il a évoqué au passage les problèmes qui peuvent survenir quand on mélange les employés de statuts différents.

Selon lui, les employés temporaires, disons les préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD, sont souvent laissés à eux-mêmes puisque les permanents ne voient pas l’intérêt de les former. Les permanents se disent : cette personne peut repartir demain ou dans une semaine. Pourquoi prendrais-je le temps de tout lui expliquer? Résultat : les employés d’agence n’aident pas autant qu’ils le pourraient puisqu’ils ont une connaissance limitée du milieu.

Que faire alors ? Selon les chercheurs de Cornell, les employeurs devraient veiller à garder les deux groupes séparés. Ceux de l’Université de l’Arizona estiment au contraire qu’il faut organiser des événements où permanents et temporaires peuvent socialiser, afin de renforcer les liens. L’article de Human Resource Executive Online suggère aussi que les agences peuvent s’acquitter de la formation en collaboration avec les entreprises.

Chose certaine, avec la multiplication du recours aux employés d’agences de placement, il serait hasardeux de laisser aller les choses.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *