DEP Techniques d’usinage
(Montréal)

 

< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 87%
Emploi en lien avec la formation : 90.4%
Taux de chômage : 5.2%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Acceptables

Emplois dans le secteur

La réussite des études du DEP Techniques d’usinage permet aux diplômés d’accéder à des postes de machinistes, d’opérateurs de machine d’usinage ou d’outilleurs-ajusteurs dans des usines ou des ateliers de fabrication. Cette formation de 1800 heures leur apprendra notamment à résoudre des problèmes mathématiques et à interpréter des dessins techniques afin de réaliser des travaux d’usinage de divers types de pièces à l’aide de machines-outils.

Professions visées 

  • Opérateurs/opératrices de machines d’usinage (9417)
  • Machinistes et vérificateurs/vérificatrices d’usinage et d’outillage (7231)
  • Outilleurs-ajusteurs/outilleuses-ajusteuses (7232)

Qualités requises

Les qualités suivantes sont généralement requises afin de suivre avec succès cette formation : dextérité manuelle, précision, minutie, rapidité d’exécution, capacité d’analyse et de concentration, esprit logique et ingéniosité. Sur le marché du travail, les diplômés devront avoir le souci du travail bien fait et mettre à profit leur bonne perception des formes en 3D.

Critères d’admissibilité à la formation

Pour être admis au DEP en techniques d’usinage, les candidats doivent posséder un diplôme d’études secondaires ou un diplôme collégial ou universitaire. Ils peuvent aussi se voir reconnaître des apprentissages équivalents ou encore respecter les exigences d’autres combinaisons de critères pouvant inclure leur âge, des préalables fonctionnels ou la réussite de tests.

Particularités régionales

Avec un taux d’emploi de 87 %, les diplômés montréalais de ce programme d’études n’ont aucune difficulté à accéder au marché du travail. C’est du moins ce que l’on peut conclure des données compilées par le ministère de l’Éducation dans la plus récente Enquête Relance. De fait, les machinistes et les outilleurs-ajusteurs font partie des professions les plus « en demande » à l’échelle régionale, selon Emploi-Québec.

À Montréal, les besoins de main-d’œuvre sont importants pour tous les métiers liés à cette formation, spécialement dans les secteurs de la machinerie, des produits métalliques et du matériel de transport.

Perspectives

Quant aux perspectives d’emploi régionales, elles sont jugées favorables jusqu’en 2019 pour les métiers de machiniste et d’outilleur-ajusteur alors qu’elles sont acceptables pour le métier d’opérateur de machines d’usinage.

L’attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en usinage sur machines-outils à commande numérique représente un atout indéniable aux yeux des employeurs.