DEC
Soins préhospitaliers d’urgence
(Montréal)

 

 

< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 91%
Emploi en lien avec la formation : 80.3%
Taux de chômage : 3.5%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

Après avoir terminé leurs études du DEC Soins préhospitaliers d’urgence, les diplômés auront accès à des postes d’ambulanciers ou de techniciens ambulanciers-paramédics. Ils auront ainsi appris à intervenir en situation d’urgence en administrant des soins aux personnes blessées, malades ou dans le besoin.

Sur le marché du travail, leurs principales responsabilités consisteront à déterminer la gravité des blessures des victimes d’accidents, à leur administrer des médicaments ou des traitements, à effectuer des déplacements en ambulance et à collaborer avec les autres membres de services d’urgence.

Professions visées

  • Personnel ambulancier et paramédical (3234)

Qualités requises

Le sang-froid, le jugement, la capacité de prendre des décisions rapidement, la gestion du stress et l’équilibre émotif et mental sont les qualités généralement recherchées chez les futurs travailleurs de ce secteur d’activité. Une bonne forme physique et des habiletés communicationnelles comme le respect, l’empathie et l’écoute sont d’autres critères habituellement nécessaires.

Critères d’admissibilité à la formation

Pour être admis à la formation collégiale en soins préhospitaliers d’urgence, il suffit de satisfaire aux conditions générales d’admission du Règlement sur le régime d’études collégiales. Aucune condition particulière n’est exigée.

Particularités régionales

Il y aurait environ 500 travailleurs œuvrant dans le domaine des services ambulanciers et paramédicaux à Montréal. L’intégration au marché du travail devrait se faire aisément pour les diplômés du DEC si l’on se fie aux plus récentes données du ministère de l’Éducation (Enquête Relance 2016).

En effet, les diplômés montréalais de ce programme ont décroché un emploi à la suite de l’obtention de leur diplôme dans une proportion de 91 % alors que 3 % d’entre eux poursuivaient leurs études.

Perspectives

Quant aux perspectives professionnelles du personnel ambulancier et paramédical, Emploi-Québec estime qu’elles seront favorables jusqu’en 2019, et ce, autant pour la région montréalaise que pour l’ensemble du Québec.

La demande de main-d’œuvre devrait rester stable au cours des prochaines années pour ce métier en raison, entre autres, du vieillissement de la population et de l’augmentation des besoins en soins de santé.