Navigation des articles

sylvie-l-rivard

Sceau rouge : Une marque d’excellence

Vous exercez un métier spécialisé et êtes titulaire d’un certificat de qualification provinciale? Vous pouvez faire un pas de plus en décorant votre certificat d’un sceau rouge. Vous deviendrez ainsi un travailleur reconnu et prisé partout au Canada.

Le Programme des normes interprovinciales Sceau rouge a été mis en place pour accroître la mobilité des travailleurs qualifiés entre les provinces et les territoires du Canada.

«Cette initiative a vu le jour en 1959. Elle visait alors à favoriser la mobilité des travailleurs exerçant certains métiers spécialisés, comme les plombiers, les charpentiers, les briqueteurs-maçons, mais aussi les coiffeurs, les cuisiniers et les horticulteurs, explique Gilles Dubé, directeur de la qualification réglementée à Emploi-Québec. Les provinces et territoires se sont entendus sur le développement et l’implantation de normes interprovinciales pour ces métiers. Avec la mention Sceau rouge, les travailleurs n’avaient plus à passer d’autres examens pour être embauchés ailleurs au Canada.»

Depuis 2009, l’Accord sur le commerce intérieur prévoit la reconnaissance automatique des travailleurs possédant un certificat professionnel sans la mention Sceau rouge, s’il s’agit d’un même métier dont le champ d’activité est semblable.

Un atout de choix
Malgré ce changement, la mention Sceau rouge continue d’être une norme d’excellence largement reconnue et respectée par les employeurs. Car ce sceau que l’on appose sur un certificat de qualification provinciale indique que le travailleur satisfait à des normes nationales rigoureuses pour un métier donné.
Cela peut faciliter la reconnaissance de sa qualification professionnelle et de sa compétence. «La notoriété du programme varie d’une province à l’autre. Dans l’Ouest et dans les Maritimes, par exemple, la mention Sceau rouge est bien connue et peut faire la différence entre deux candidats», note Gilles Dubé.

Clientèle visée
Pour être admis au programme, il faut avoir un certificat de qualification délivré par Emploi-Québec ou un certificat de compétence délivré par la Commission de la construction du Québec. Il faut aussi exercer un des métiers visés par le Sceau rouge. «Dans l’ensemble du Canada, 55 métiers figurent sur cette liste, mais le nombre varie d’une province à l’autre, précise Gilles Dubé. Par exemple, le Québec en compte 39.» Si vous êtes soudeur, mécanicien, électricien, machiniste ou ferblantier, entre autres, vous pouvez demander votre Sceau rouge.

Pour aller plus loin :
www.sceau-rouge.ca

Partager