Navigation des articles

sylvie-l-rivard

Québec carbure

Depuis l’arrivée du coloré maire Régis Labeaume, artisan du succès du 400e anniversaire de Québec, les projecteurs sont braqués sur la capitale nationale. Et ce n’est qu’un début puisque la ville souhaite étendre encore davantage son rayonnement.

Oubliez la ville ronflante de fonc­tionnaires, la capitale nationale est bel et bien allumée et brille sous les feux de la rampe. Le maire Labeaume s’est d’ailleurs lancé le défi de faire de Québec «la ville la plus attrayante au pays».

Et c’est bien parti. Les festivités du 400e anniversaire ont insufflé à sa ville une mégadose de fierté. Québec a triomphé avec les spectacles gratuits de Paul McCartney et de Céline Dion, le Moulin à images de Robert Lepage, de même que le spectacle du Cirque du Soleil. Forte de son succès, l’œuvre de Robert Lepage a été reconduite pour les cinq prochaines années. Même chose pour le Cirque du Soleil, qui y présentera désormais l’été un spectacle gratuit en plein air.

«On veut continuer à mettre Québec en valeur grâce à d’autres projets», annonce le porte-parole de la Ville, François Moisan. Le maire Labeaume a mis sur pied en 2009 le Fonds des grands évé­nements de la Ville de Québec. Dans la foulée, des hommes d’affaires de la Capitale ont même créé le mouvement Ça bouge!, lequel vise à recueillir 500 000 $ par an, pendant 5 ans, auprès de leurs pairs pour enrichir les coffres de ce fonds.

La culture comme un moteur

«La Ville lancera son festival littéraire, en 2010, et son festival international d’opéra, dès 2011», poursuit René Bouchard, directeur de la Capitale- Nationale au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine et membre du comité de suivi de Québec horizon culture, dont le plan 2009-2014 vise à faire de la culture un des créneaux d’excellence de la ville.

Québec entend aussi convaincre les gouvernements provincial et fédéral de la nécessité de doter la capitale nationale d’un amphithéâtre multi­fonctionnel de 18 000 places pour accueillir notamment des spectacles, des compétitions sportives et des congrès. Et pourquoi pas une équipe de hockey professionnelle ou des athlètes olym­piques? «Pour projeter l’image d’une ville forte, il nous faut des équipements modernes, illustre François Moisan. Après Calgary, Vancouver et Montréal, qui ont récolté leur part du gâteau, c’est au tour de Québec!»

Le Saint-Roch nouveau

Pour stimuler les créateurs, Québec veut également faire du quartier Saint-Roch un carrefour international de la culture et des technologies : Saint-Roch Technoculture.

Depuis l’an 2000, 380 millions de dollars ont été investis dans la rénovation et la reconstruction de la plupart des édifices de la rue Saint-Joseph. «Depuis la revitalisation du quartier, des centaines d’ateliers d’artistes ont été créés, note François Moisan. On y trouve une coopérative d’organismes culturels, l’École des arts visuels de l’Université Laval et la Maison des métiers d’art de Québec.» Lors de la dernière campagne électorale, poursuit-il, l’administration municipale a annoncé l’implantation prochaine d’une école du rock et la transformation d’un édifice gouvernemental en ateliers d’artistes et en centre d’exposition en art actuel.

Sont aussi regroupés dans Saint-Roch les entrepreneurs des nouvelles technologies numériques, notamment ceux des jeux vidéo. Le quartier abrite également l’École nationale en divertissement interactif, créée en 2008, qui permet de travailler dans le cadre d’un stage sur un projet de jeu multiplateforme pendant 12 semaines dans des entreprises comme Beenox, Frima Studio et Ubisoft.

Première de classe

Signe très encourageant, le rayonnement et le dynamisme de la ville de Québec sont déjà reconnus à l’échelle internationale. Selon l’étude Choix concurrentiels 2008 de la Société internationale d’experts-conseils KPMG, Québec se classe parmi les villes les plus concurrentielles en Amérique du Nord en ce qui a trait aux coûts de démarrage et d’exploitation d’une entreprise. Sur le plan des coûts liés à la recherche et au développement dans le secteur des biotechnologies, la région de Québec occupe le premier rang parmi toutes les villes canadiennes et améri­caines de plus de 500 000 habitants.

Par ailleurs, en avril 2009, le Martin Prosperity Institute de la Rotman School of Management de l’Université de Toronto publiait les résultats d’une étude portant sur la capacité de 11 villes nord-américaines de taille comparable comme Québec, Hamilton et Syracuse à transformer l’innovation et la créativité en moteurs de l’économie.

La ville de Québec arrive au premier rang en ce qui a trait à l’indice global de créativité. La capitale arrive aussi en première position quant à la concentration du nombre d’emplois liés aux hautes technologies. De plus, elle se démarque avec le taux le plus élevé d’emplois dits «super créatifs» (19,6 %), c’est-à-dire voués à la création, à l’innovation ou à la recherche.

La science du succès

Président-directeur général de PÔLE Québec Chaudière-Appalaches, Carl Viel attribue ces récents succès à la diversification économique de Québec, notamment dans le secteur des technologies appliquées comme l’optique-photonique, la défense et la sécurité de même que les technologies de l’information. L’émergence des technologies de pointe est telle qu’un projet d’agrandissement du Parc technologique du Québec métropolitain est sur la table, renchérit François Moisan. Ce lieu regroupe déjà 5 000 travailleurs dans une centaine d’entreprises et centres de recherche.

Comme quoi la bonne étoile qui brille sur Québec n’est pas près de s’éteindre!

Partager

SUR LE MÊME SUJET