Navigation des articles

anick-perreault-labelle

Mettre sur pied une équipe efficace

Créer une équipe pour un projet précis dans laquelle les gens s’entendent bien et abattent le boulot qu’on leur demande? C’est possible.

Pour y arriver, «définissez clairement les objectifs de l’équipe afin de déterminer quels employés ont les compétences requises pour les atteindre», dit Caroline Aubé, professeure à HEC Montréal.

Un employé sur lequel vous comptiez refuse de participer? «Essayez de comprendre ses appréhensions afin de trouver une solution, répond Adriana Díaz-Berrio Döring, conseillère en ressources humaines agréée spécialisée dans le travail en équipe. Par exemple, s’il vous explique qu’il a déjà connu des groupes dans lesquels certains ne faisaient rien, malgré une description de tâches précise, proposez-lui que cette équipe-ci fasse un suivi écrit des tâches de chacun et que, si quelqu’un traîne de la patte, il soit exposé à des conséquences.»

La bonne personnalité

Les compétences ne sont qu’une partie de l’équation. «Les membres de votre équipe doivent aussi avoir la bonne personnalité, c’est-à-dire être capables de prendre des décisions, de respecter les opinions d’un groupe, d’obtenir des résultats et d’entretenir des rapports agréables avec les autres», ajoute Mme Díaz-Berrio Döring.

Certes, toutes ces qualités se manifestent rarement chez une seule personne! Vous devrez donc trouver dans l’entreprise les employés qui en ont au moins une ou deux, en plus des compétences techniques que vous recherchez.

Regroupez des personnes qui ont des expertises et des parcours différents pour obtenir une équipe créative, dit Caroline Aubé. Du choc des idées, l’étincelle jaillira! «La diversité est cependant moins importante si vous formez un groupe dont les tâches sont balisées, comme les ambulanciers», ajoute Mme Aubé.

Que faire des conflits?

Si un conflit surgit, rappelez à tout le monde le rôle de chacun dans l’équipe. Cette mise au point sera utile pour les employés qui pensent que leurs «adversaires» ne font pas de contributions importantes. «Demandez aussi aux mécontents de vous dire quels faits les dérangent, en laissant de côté leurs préjugés», ajoute Mme Díaz-Berrio Döring.

Bref, demandez-leur ce qui les irrite vraiment : par exemple, est-ce la tenue d’une réunion trop tôt le matin ou le fait que personne ne les ait consultés à ce propos?

Partager

SUR LE MÊME SUJET