Navigation des articles

Le «twivage», une occasion d’affaires

Le «twivage», une occasion d’affaires

L’entreprise Seevibes exploite le lien entre les émissions télé, les téléspectateurs et les médias sociaux.

Certains téléspectateurs ne peuvent s’empêcher de commenter leurs émissions en temps réel sur les réseaux sociaux, une activité qui a donné lieu au néologisme «twivage» (contraction de Twitter et TV). Gigantesque perte de temps? Pas pour Seevibes, fondée en août 2010 et finissante de la première cohorte du programme FounderFuel.

L’entreprise exploite ce qu’elle définit comme la «télé sociale», soit le lien interactif entre l’émission télé, le téléspectateur et les médias sociaux. «La façon dont on évalue l’intérêt pour les émissions télé n’a pas évolué au cours des dernières décennies», explique Laurent Maisonnave, cofondateur de Seevibes et président du conseil d’administration du fournisseur d’accès Internet gratuit Île Sans Fil.

Titulaire d’un diplôme de deuxième cycle universitaire en marketing de l’École supérieure de Management, en France, Laurent Maisonnave cite les sondages de cotes d’écoute BBM et Nielsen, qu’il juge inefficaces en raison notamment de leurs échantillons trop restreints (400 personnes au Québec dans le cas des BBM). «Mais avec Facebook et Twitter, des millions de commentaires circulent en temps réel lors de la diffusion d’émissions. La technologie que Seevibes a développée permet d’analyser le niveau d’intérêt, de définir des profils de téléspectateurs et ainsi de positionner l’émission dans son marché.» Autant de données que les télédiffuseurs peuvent utiliser pour intéresser les annonceurs.

Quel est le secret de cette technologie? Justement, c’est un secret, mais elle implique l’utilisation de logiciels de filtrage des échanges sur les fils Twitter et les pages Facebook d’émissions. Déjà, trois télédiffuseurs québécois font appel aux services de Seevibes. Lesquels? «Ça aussi, c’est un secret», dit l’entrepreneur de 36 ans, citant des «raisons stratégiques» pour justifier son mutisme.

Ce qu’il a à dire aux futurs entrepreneurs? «Les programmes d’accélération sont un excellent moyen de propulser votre projet, mais oubliez vos autres activités», conclut celui qui trouvait tout de même du temps pour sa famille durant l’exercice FounderFuel, ce qui portait le taux d’occupation de son temps à «120 %».

commentez@jobboom.com