Navigation des articles

catherine-mainville-m

La retraite n’est plus à la mode!

Le départ à la retraite des baby-boomers atteindra son apogée en 2012 créant une pénurie de travailleurs. Les employeurs ont tout intérêt à savoir retenir leurs travailleurs d’expérience!

« Grâce aux compétences et aux connaissances acquises au fil des années, les travailleurs vieillissants sont un atout de taille pour les entreprises », souligne Thierry Devisse, psychologue organisationnel et directeur de développement du talent pour la Société Pierre-Boucher, une firme de psychologie industrielle.

Précieux employés

Leur présence dans une entreprise peut aussi attirer d’autres travailleurs. «De voir qu’il y a des employés qui ont 25 ans d’ancienneté au sein d’une entreprise est très positif, explique le psychologue. C’est signe que le milieu de travail est solide et que l’atmosphère y est bonne.»

D’après Manpower inc., une entreprise spécialisée en ressources humaines, il est aussi vrai que les employés de longue date sont plus loyaux «Leur motivation et leur satisfaction à l’emploi sont aussi supérieures à la moyenne», indique M. Devisse.

Les études ont également démontré que ces travailleurs, lorsqu’ils occupent des postes exigeant des aptitudes physiques, sont plus prudents que leurs pairs. Or, les mêmes études ont aussi démontré que certaines compétences physiques comme la force ou la vue peuvent s’affaiblir après 65 ans et parfois même dès la cinquantaine. «Rien que des modifications ergonomiques ne peuvent toutefois combler», précise M. Devisse.

En général, les travailleurs plus âgés s’absentent moins souvent que les plus jeunes, d’après une étude menée à l’Université de l’Arizona en 2008. «L’étude ne précise pas les raisons, mais comme hypothèse, je dirais que leur grande loyauté et l’absence de jeunes enfants à la maison pourraient expliquer pourquoi, avance le psychologue. Cependant, lorsqu’ils sont absents, ils le sont plus longtemps. Une situation qui s’explique notamment par les cas de maladie.»

Donner au suivant

Pour que la relève profite des connaissances de leurs aînés, il faut systématiser la passation des savoirs, soutient Thierry Devisse. «La meilleure pratique en ce sens est le mentorat, explique-t-il. Ce système de rencontres entre employés permet un échange d’information et de documentation. L’implication des ressources humaines permet d’encourager et de structurer davantage ces rencontres, selon un calendrier par exemple.»

Partager