Navigation des articles

equipe-jobboom

La récession a ramené les diplômés à l’école

Groupe de diplômés avec un gros plan sur leur diplôme

Photo : michaeljung/Shutterstock

Les diplômés canadiens ayant terminé leurs études universitaires en 2009-2010, en pleine récession, ont été nombreux à poursuivre leurs études plutôt que d’intégrer le marché du travail, montre une étude de Statistique Canada.

Près de la moitié des bacheliers de la promotion 2009-2010 sont retournés sur les bancs d’école après avoir obtenu leur diplôme, alors que le taux de chômage s’élevait à plus de 8 % à l’échelle du pays.

Statistique Canada précise que plusieurs raisons peuvent motiver un retour aux études, dont l’augmentation des exigences scolaires dans un domaine d’emploi, l’intérêt personnel ou des difficultés à intégrer le marché du travail.

On peut croire que c’est cette dernière raison qui a poussé ces diplômés à poursuivre leurs études. En effet, Statistique Canada suggère l’existence d’un lien entre les taux d’emploi et la proportion de diplômés qui sont retournés à l’école dans certains domaines.

C’est chez les diplômés en sciences biologiques et biomédicales (77 %), en psychologie (75 %), en mathématiques et statistiques (71 %), en sciences physiques et de la vie et technologie (70 %) et en sciences humaines (61 %) qu’on a observé la plus forte proportion de diplômés ayant choisi de poursuivre leurs études. Or, ces domaines d’études étaient tous associés à des taux d’emploi plus bas que la moyenne de 92 % au niveau du baccalauréat.

L’étude ne précise toutefois pas si ce retour aux études a été effectué dans la même discipline ou dans un domaine différent.

Un choix payant

Par ailleurs, les diplômés qui auraient choisi de retourner aux études pour améliorer leurs perspectives salariales semblent avoir fait un choix judicieux. En effet, l’étude de Statistique Canada montre que la rémunération annuelle médiane des travailleurs à temps plein varie fortement en fonction du plus haut diplôme obtenu.

Ainsi, en 2013, le salaire annuel médian des diplômés du collégial de la promotion 2009-2010 était de 41 600 $, alors que celui des titulaires d’un baccalauréat grimpait à 53 000 $. La rémunération médiane des diplômés de la maîtrise s’élevait à 70 000 $, tandis que celle des diplômés du doctorat atteignait 75 000 $.

Partager