Navigation des articles

guillaume-jousset

L’art de fidéliser ses employés

Faire de ses employés de véritables passionnés ne tient pas du tour de magie. C’est une question de méthode. Aux gestionnaires de jouer!

La loyauté est loin de se résumer à une question d’argent! «C’est scientifiquement prouvé : la fidélité et la motivation d’un salarié sont peu reliées à sa rémunération», affirme Roger T. Duguay, vice-président marketing et capital humain chez Averna, une entreprise spécialisée en électronique et en informatique de pointe. Si les employés n’ont pas le sentiment d’être suffisamment payés, ils vont quitter. En revanche, dès qu’ils estiment être justement rémunérés, le salaire n’a que peu d’impact sur leur degré de fidélité.

Rester proche de ses gens

Averna mise sur la proximité. «Nous effectuons des revues de performance pour évaluer le travail de chaque employé tous les trois mois, non pas pour maintenir une pression, mais pour rester proches d’eux». Car il n’y a rien de pire, selon M. Duguay, qu’un salarié qui avance à l’aveuglette dans son travail et ses objectifs. «Cultiver cette proximité demande du temps et de l’énergie, mais c’est un excellent indicateur qui permet de mesurer régulièrement le bien-être de notre main-d’oeuvre», assure-t-il.

«Pour contribuer à la réussite de l’entreprise, encore faut-il que l’employé comprenne bien les objectifs qu’elle s’est fixés», affirme Michèle Perryman, conseillère en ressources humaines agréée chez Michelle Perryman inc. Elle recommande donc de mettre en place une bonne stratégie de communication à l’interne. «Les employés doivent sentir qu’ils ont un rôle à jouer dans ce succès».

Il faut aussi être transparent, selon M. Duguay : «Par exemple, si les salaires n’augmentent pas beaucoup cette année, pour l’accepter, ils devront avant tout comprendre pourquoi». Enfin, un leadership fort de la part du dirigeant permet de mobiliser les salariés autour d’une entreprise dont ils seront fiers.

Donnez-leur des ailes

Autre levier pour s’attacher ses employés : la formation. «Cela démontre que l’on croit en eux et cela leur donne des perspectives de développement au sein de l’entreprise», explique Mme Perryman. «On veut des passionnés, pas des gens qui restent faute de mieux!», assure M. Duguay.

Les gestionnaires ont aussi tout intérêt à valoriser leurs employés. Cela va des félicitations du supérieur immédiat jusqu’au partage d’une partie des bénéfices avec les salariés.

Partager