Navigation des articles

equipe-jobboom

Génie et administration, les diplômes les plus payants

Homme qui escalade une pile de monaie

Photo : alphaspirit/Shutterstock

Le choix de votre domaine d’études aura un impact considérable sur les gains que vous accumulerez au cours de votre carrière, montre une nouvelle étude.

Statistique Canada a analysé l’évolution du revenu d’un échantillon de personnes de 1991, alors qu’elles étaient âgés de 26 à 35 ans, jusqu’en 2010, en fonction du plus haut niveau de scolarité atteint et du domaine d’études.

Chez les hommes, les bacheliers en génie sont ceux qui ont accumulé les gains les plus élevés au cours de cette période de 20 ans, avec un revenu total médian de 1 845 000 $. Ils sont suivis de près par les diplômés en santé (1 627 600 $) et en administration des affaires (1 619 400 $). Au collégial, les diplômés en génie sont également ceux qui ont accumulé les gains les plus élevés (1 244 200 $).

Du côté des femmes, ce sont les bachelières en administration des affaires qui ont accumulé les gains les plus importants, avec un revenu médian de 1 169 100 $. Les diplômées en mathématiques en en sciences physiques (1 148 700 $) et en santé (1 094 000 $) complètent le podium. Parmi les détentrices d’un diplôme collégial, les travailleuses du domaine de la santé dominent le palmarès avec des gains cumulatifs médians de 812 800 $.

Les études, toujours payantes?

Si les études postsecondaires sont dans la plupart des cas gages d’un revenu plus élevé, il n’en va pas de tous les diplômes.

En effet, les hommes diplômés en beaux-arts et arts appliqués à l’université (843 900 $) et au collégial (807 200 $), en sciences humaines au collégial (827 500 $) et en sciences biologiques (753 500 $) ont tous accumulé des gains inférieurs aux individus n’ayant en poche qu’un diplôme d’études secondaire (882 300 $).

Chez les femmes, seules les diplômées en beaux-arts et en arts appliquées au collégial (437 300 $) ont gagné moins que les titulaires d’un DES (458 900 $).

Partager