Navigation des articles

marie-claude-marsolais

Formation non complétée, une embûche?

Gros plan sur le visage d'un homme en réfléxion

Photo : Rido/Shutterstock

Vous avez entrepris un baccalauréat sans jamais le terminer. Est-ce un boulet que vous traînerez pendant votre carrière ou plutôt un atout à dévoiler?

N’ayez pas honte d’avoir à votre actif une formation que vous n’avez pas menée à terme. Elle peut être une valeur ajoutée sur votre curriculum vitae, croit Florent Francoeur, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. «Même si vous n’avez suivi qu’un seul cours dans un programme, il peut être pertinent pour votre recherche d’emploi, dit-il. Par exemple, si j’ai suivi un cours d’informatique ou de méthodologie, cela peut être vu comme une compétence complémentaire par l’employeur. Et bien sûr, si j’ai obtenu 50 crédits d’un baccalauréat en administration, ces connaissances ne sont pas perdues, loin de là.»

Toute vérité est-elle bonne à dire?

M. Francoeur dit qu’il faut néanmoins s’assurer que ce que l’on affirme dans notre CV ne laisse pas entendre que l’on a terminé une formation quand ce n’est pas le cas. «On doit être clair et indiquer le nombre précis de crédits complétés.»

«L’important, c’est d’être à l’aise avec ce que l’on y inscrit», soutient France Moïse, conseillère en parcours professionnels à l’agence de placement Paiement, Cousineau et Associés, service conseil en ressources humaines. Selon elle, il faut surtout noter les éléments qui nous aideront à obtenir le poste. Si on a fait des cours de théologie et que l’on postule pour être comptable, ce n’est pas pertinent d’en parler. «Et ce n’est pas mentir que de ne pas l’écrire!», assure-t-elle.

Partager

SUR LE MÊME SUJET