Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Et si c’était le principe de Peter?

incompetent02

Selon le principe de Peter, les employés compétents sont promus jusqu’à atteindre leur seuil d’incompétence. Et tout employé tend donc inexorablement vers ce stade.

Même s’il est satirique, le livre Le Principe de Peter de Laurence J. Peter et Raymond Hull, publié à la fin des années 1960, montre à quel point il n’est pas simple d’être un bon patron!

Un exemple classique? Celui d’un informaticien expert dans son domaine et promu au poste de chef d’équipe. «Maintenant, au lieu de résoudre des problèmes informatiques, il doit superviser des employés. Or, s’il déteste gérer des travailleurs, il risque fort de ne pas être capable d’assumer cette tâche», affirme Sylvie Thiffault, conseillère senior au Groupe CFC, une firme spécialisée en management et en gestion des ressources humaines.

Bien gérer son ambition

Si la promotion vers un poste de gestion était autrefois la seule façon de monter dans l’échelle sociale, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les employeurs misent plutôt sur la gestion du talent. Par exemple, l’informaticien est peut-être un très mauvais gestionnaire, mais il peut devenir un grand expert de la programmation, souligne Mathieu Guénette, consultant pour la Société Pierre Boucher, une entreprise spécialisée en psychologie organisationnelle.

D’autres voies s’offrent donc au travailleur qui ne possède pas les compétences de gestionnaire. Il peut devenir consultant, se spécialiser davantage dans son domaine et décrocher d’importants contrats. Selon Mathieu Guénette, «l’ambition ne se traduit pas seulement par une promotion».

Partager

SUR LE MÊME SUJET