Navigation des articles

equipe-jobboom

Métier : planificateur mécanique

Photo : Agnico-Eagle

Patrick Paquette est planificateur mécanique pour le producteur d’or Mines Aurizon. Il travaille à la mine Casa Berardi, située à une centaine de kilomètres au nord de La Sarre, en Abitibi-Témiscamingue.

Il est responsable de la maintenance des nombreux équipements nécessaires au fonctionnement de la mine. On parle notamment de camions, de chargeuses à roues, de convoyeurs, de broyeurs et de tracteurs.

«Je planifie l’entretien de ces appareils et véhicules, explique Patrick. Par exemple, je fixe le moment des inspections mécaniques et des vidanges d’huile. Les équipements sont munis d’un compteur qui calcule les heures de fonctionnement. L’inspection est réalisée au bout d’un certain nombre d’heures.» En cas de bris, Patrick prépare un bon de travail qu’il remet au contre-maître mécanique. Ce dernier confiera la réparation à un mécanicien.

Patrick travaille généralement dans son bureau. Il utilise un logiciel qui lui permet de planifier efficacement la maintenance des différents équipements, en tenant compte des besoins les plus urgents.

Ma motivation

Patrick apprécie de pouvoir améliorer le fonctionnement des équipements en s’assurant que ceux-ci sont inspectés régulièrement. «Avec un bon entretien, on peut réduire les risques de bris mécaniques. Ce faisant, la machinerie peut continuer à fonctionner et on élimine les arrêts de production. C’est valorisant de savoir que l’on contribue à améliorer le rendement et qu’on participe au développement de l’entreprise.»

Patrick apprécie aussi son horaire 4/3. Il lui permet de prendre congé durant trois jours consécutifs, après quatre jours de travail intense.

Mon conseil

Plusieurs techniciens en maintenance industrielle travaillent dans des bureaux comme gestionnaires de l’entretien. Mais Patrick conseille aux intéressés de commencer leur carrière à des postes d’entretien mécanique sur le terrain. «Pour ma part, j’ai eu la chance de faire beaucoup de mécanique, cela m’a donné une expérience qui m’est précieuse aujourd’hui. Je connais les machines, je sais comment elles fonctionnent, cela fait de moi quelqu’un de plus autonome et efficace.»

Mon parcours

Patrick a un diplôme d’études collégiales en technologie de maintenance industrielle du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. En 2003, il a aussi suivi un cours en mécanique d’équipement mobile de mines. Il a travaillé comme mécanicien et contremaître dans une scierie, puis comme mécanicien et assembleur pour un fabricant de véhicules miniers, avant d’être engagé à son poste actuel en 2006. 06/07 (Mise à jour 04/11)

Cet article est tiré du guide
50 carrières de l’industrie minière, publié en collaboration avec le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines.

Partager