Navigation des articles

lisa-marie-noel

Acheter gros

Avant d’arriver sur les tablettes des magasins, un produit a déjà beaucoup voyagé. En clair, il est passé par le commerce de gros.

Le grossiste, ou distributeur, agit comme intermédiaire entre le fabricant d’un produit et le commerçant. Par exemple, un fabricant de souliers vendra sa marchandise au grossiste plutôt que de la distribuer lui-même dans chacune des boutiques de la province.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, le commerce de gros a obtenu une croissance supérieure à 4 % pour une cinquième année consécutive en 2007, notamment grâce aux secteurs des produits pharmaceutiques et des produits métalliques comme des tuyaux ou des fils de fer.

Le commerce de gros embauche des employés pour des fonctions administratives, comme le marketing, les achats, la logistique, et pour le travail en entrepôt. «La demande est très forte pour le poste de préparateur de commandes, qui est le poste d’entrée dans ce secteur», indique Laurence Zert, directrice générale du Comité sectoriel de main-d’œuvre du commerce de l’alimentation. Les manutentionnaires, les réceptionnaires et les expéditeurs sont aussi recherchés.

Vendeur technique

Daniel Bergeron, président de DB Lectro à Brossard, est distributeur de pièces électroniques pour des manufacturiers. Il n’a aucun problème de recrutement dans son entrepôt. Par contre, il a du mal à trouver des vendeurs bilingues et expérimentés. «C’est de la vente de pièces électroniques, alors il faut connaître le jargon et les termes techniques», dit-il. Avis aux intéressés, il cherche donc des perles rares qui connaissent à la fois la vente et l’électronique.

Partager

SUR LE MÊME SUJET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *