Les jeunes ont la vie dure

pauvrete

Ils chôment davantage que leurs parents au même âge.

Les Canadiens de 15 à 24 ans n’ont pas la vie facile. Leur taux de chômage était de 14 % en 2012, soit deux fois celui du reste de la population. Et les «chanceux» qui travaillent sont plus pauvres que leurs parents au même âge. Les jeunes hommes employés à temps plein ont vu leur salaire diminuer de 13 % par rapport à 1981 et les jeunes femmes, de 8 %.

Mais, de plus en plus, l’emploi des jeunes se conjugue au temps… partiel. Les jeunes qui n’étaient pas aux études à temps plein ont vu leur taux d’emploi à temps plein chuter de 72 % à 57 % chez les hommes et de 58 % à 46 % chez les femmes.

Notre relève peut toutefois se consoler en tournant les yeux vers l’étranger. Dans l’ensemble des pays développés, le taux de chômage des 15-24 ans est plutôt de 18 %. Si on ajoute le taux de découragement, c’est-à-dire la portion de désespérés qui ne cherchent même plus de travail, la part des sans-emploi atteint 21 %. L’Organisation de coopération et de développement économiques prévoit même d’ici peu un taux de chômage au-dessus de 60 % pour les jeunes grecs, de 55 % pour leurs homologues espagnols et de plus de 40 % pour la jeunesse italienne.

Qui osera encore affirmer que les jeunes d’aujourd’hui ont tout cuit dans le bec?

Sources : Statistique Canada, Organisation internationale du travail

commentez@jobboom.com

L'équipe Jobboom

Jobboom est une source d’information indispensable sur le marché de l’emploi. Des experts du marché du travail québécois proposent des conseils et astuces pratiques afin d’aider les candidats dans leur recherche d'emploi et également afin d'aider les recruteurs à se tenir à jour sur les tendances et bonnes pratiques de leur domaine.

1 Commentaire

Les commentaires sont terminés.