La motivation en recherche d’emploi

Tenir le cap n’est pas toujours chose facile, surtout quand il s’agit de recherche d’emploi. La tentation est souvent forte de tout laisser en plan pour aller s’occuper les mains et la tête à quelques tâches familiales ou à la préparation d’un bon repas. Comment conserver sa motivation dans cette situation qui pour plusieurs femmes est particulièrement angoissante? Petit tour d’horizon à l’attention des chercheuses d’emploi.

Motivation et changement

La motivation se retrouve au cœur du changement lié à la recherche d’emploi. Mais suite à une fin d’emploi non désirée, la motivation à vouloir réintégrer le marché du travail peut cacher des zones ombragées d’insécurité, de craintes par rapport aux expériences futures de la chercheuse d’emploi. Cela peut avoir un effet négatif sur sa confiance en soi et en ses compétences et sur sa motivation à poursuivre une démarche où l’on y voit que du négatif.

Sources de motivation

Qu’est-ce qui nous motive à vouloir travailler ? L’autonomie financière, la possibilité de faire valoir ses compétences, l’affiliation sociale à un groupe, un besoin de valorisation via les pairs et vis-à-vis l’autorité, le sentiment du devoir accompli, un sens donné au travail effectué. Les sources de motivation de chaque femme peuvent varier et sont appelées à se développer au travers d’expériences qui nous mettent en lien avec l’environnement et avec ce que nous sommes vraiment et ce, tout au long de notre vie.

Catégories de motivation

C’est donc dire qu’une motivation qui part de soi ou en lien avec ses propres valeurs aura plus de chances d’être alimentée et de demeurer vivante plus longtemps. Prenons l’exemple d’une jeune femme en démarche active qui identifie son objectif professionnel à partir de ses intérêts, de ses habiletés et de ses valeurs. C’est ce qu’on appelle la motivation intrinsèque. Elle a son gouvernail bien en main et n’a plus qu’à maintenir son cap.

Bien sûr, il y aura des difficultés, des baisses de motivation au cours d’une recherche d’emploi si celle-ci s’échelonne sur une trop grande période de temps (3 mois et plus). Elle doit donc être motivée par des objectifs externes à soi : les échéanciers, les comptes à rendre, le sentiment de fierté devant un groupe ou sa famille. La motivation extrinsèque peut devenir très utile à court terme. Par exemple, on peut se lancer des défis personnels pour repousser nos limites, se fixer des objectifs spécifiques et réalistes pour rejoindre certains employeurs ou améliorer nos performances en réseautage parce que les comptes s’accumulent ou que nous ne souhaitons pas décevoir notre conjoint ou nos enfants.

Un sentiment d’efficacité personnelle fort

Chez certaines d’entre nous, ce sentiment se définit comme le jugement d’une personne sur sa capacité à réaliser une tâche particulière. Il permet de prédire la réussite et persévérance de quelqu’un vers l’atteinte des cibles. En recherche d’emploi, ce SEP (sentiment d’efficacité personnelle) peut faire une différence.

Prenons l’exemple de Diane ayant fait l’envoi de son cv à une agence de placement et n’ayant reçu aucune réponse. Elle fait une relance auprès de la conseillère liée à son secteur d’activité afin de vérifier l’évolution de son dossier. Elle mentionne également ses disponibilités à occuper un poste temporaire. Diane, qui nourrit un sentiment d’efficacité personnelle fort, est très heureuse d’avoir persévéré car on l’a rappelée quelques jours plus tard afin de lui proposer un poste dans son domaine.

Fatima a été convoquée en entrevue et a sous-estimé la préparation requise en vue des tests Excel à passer. Elle ressort de l’entrevue et s’en veut de ne pas s’être suffisamment préparée. Cette expérience risque de miner la confiance de Fatima et de lui donner l’impression de ne pas être à la hauteur. Souhaitons qu’elle en tire avantage et travaille plus fort à la préparation des prochains tests afin d’améliorer son sentiment d’efficacité personnelle mais aussi ses chances d’obtenir un poste.

Cultiver son jardin

Le jardinage, tout comme la recherche d’emploi demande préparation, efforts, patience et persévérance mais la récolte est assurée.

  • Ayez en tête votre objectif professionnel, vous pourrez ainsi mieux identifier les offres qui s’y apparentent et mieux parler de vos aspirations à votre entourage. Il sera aussi plus facile pour vous d’envisager l’avenir et de planifier votre parcours professionnel.
  • Identifiez un objectif en lien avec votre profil et en accord avec les exigences du marché. En somme, ne visez ni trop haut, ni trop bas. Prenez le temps d’étudier les offres d’emploi afin de comprendre où se situe votre profil et augmenter vos chances d’être reçue en entrevue.
  • Ayez recours à un groupe de soutien pour votre recherche d’emploi. On sous-estime souvent la force du groupe et son effet de levier sur la motivation de ses participantes.
  • Établissez un plan d’action (3 heures par jour). Nous avons toutes besoin de structure et d’établir un horaire. Planifiez vos journées, vous vous assurez ainsi de consacrer suffisamment de temps à votre recherche d’emploi pour attendre vos objectifs.
  • Accordez-vous des moments de plaisir. Prendre une marche, aller prendre un café avec une amie, jouer d’un instrument de musique, dessiner, nager… Trouvez le petit quelque chose qui vous fait du bien et assurez-vous de lui accorder une place dans votre horaire. Vous serez plus positive si vos journées contiennent un moment « sucré » et plus assidue à votre recherche si vous savez que votre activité vient après.
  • Faites du bénévolat. Consacrer du temps à aider les autres et se sentir utile a toujours un impact majeur sur l’estime de soi et la motivation. De plus, le bénévolat vous permet d’augmenter votre réseau et de développer de nouvelles compétences.

Ayez foi en votre projet et persévérez ! Bonne récolte !

Par Johanne Breton, Conseillère en emploi

Centre des femmes de Montréal

Depuis 1973, le Centre des femmes de Montréal a aidé plus d’un demi-million de femmes en leur fournissant les outils nécessaires pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leur famille. Chaque année, plus de 600 Montréalaises font appel aux conseillères du Service d’employabilité pour développer des outils et stratégies gagnantes et dénicher «le poste» qui leur permettra de trouver leur place sur le marché du travail. Au fil des années, nous avons conçu différents programmes et activités de recherche d’emploi adaptés aux besoins spécifiques de la clientèle, et le respect des aspirations des participantes est certainement au cœur de chacune de nos actions.