DEP
Régulation de vol


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 88%
Emploi à temps plein : 93.4%
Emploi à temps plein en lien avec la formation : 92.4%
Taux de chômage : 6.8%
Salaire horaire médian : Non publié
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Favorables

Emplois dans le secteur

Après avoir suivi la formation du DEP Régulation de vol, les diplômés pourront accéder au métier d’agent de régulation de vol au sein d’entreprises de services aériens. Ils seront responsables, une fois sur le marché du travail, de préparer les vols et d’en faire le suivi en établissant notamment des plans de vol et des devis de poids.

Leur rôle consiste aussi à s’assurer que l’appareil, l’équipage et les passagers ne manquent de rien (carburant, nourriture, etc.). Ce sont ces travailleurs qui ont la responsabilité des communications avec les membres de l’équipage afin de les informer à propos des opérations ou des conditions météorologiques.

Professions visées 

  • Contrôleurs aériens/contrôleuses aériennes et personnel assimilé (2272)

Profil recherché

Puisque le programme d’études vise à former les futurs diplômés sur leurs capacités d’analyse et de synthèse ainsi que sur leur adaptation aux changements, les candidats devront d’abord posséder un sens aigu de l’observation. Une bonne gestion du stress et un excellent jugement sont également essentiels pour faire carrière comme régulateur de vol.

La capacité des diplômés à composer avec la pression sera évaluée par les employeurs à la recherche des meilleurs candidats. La confiance en soi et l’autonomie jumelées à de très bonnes habiletés communicationnelles et relationnelles (écoute, diction, etc.) ainsi qu’une bonne acuité visuelle sont d’autres aptitudes recherchées.

Perspectives

L’Organisation de l’aviation civile internationale prévoit que les vols commerciaux seront doublés d’ici 2030. La main-d’œuvre actuelle ne pouvant répondre à cette importante hausse, plusieurs postes de régulateurs de vol seront donc créés au cours des prochaines années.

Les perspectives d’emploi sont donc excellentes pour ce secteur qui compte également sur une grande variété de compagnies aériennes de différentes catégories (A, B et C) établies par Transports Canada en fonction de leur type d’opérations et la taille de leur flotte de véhicules. Enfin, la mobilité des travailleurs pourrait leur permettre de faire évoluer leur carrière ailleurs au pays.