DEP Entretien général d’immeubles
(Montréal)


< Retour vers la page d’accueil

En emploi : 76.5%
Emploi en lien avec la formation : 81.4%
Taux de chômage : 9.8%
Perspectives d’emploi 2015-2019 : Acceptables

Emplois dans le secteur

Afin d’avoir plus de chances d’obtenir un emploi de concierge ou de surintendant d’immeubles, les futurs travailleurs ont tout intérêt à terminer les études menant à l’obtention du DEP Entretien général d’immeubles.

Au terme de cette formation de 900 heures, ils auront acquis les connaissances et développé les compétences nécessaires pour exécuter des travaux de réfection et d’entretien de différents types d’immeubles résidentiels ou commerciaux. Des notions ayant trait aux tâches administratives ainsi qu’à la communication d’information font aussi partie du programme.

Professions visées 

  • Concierges et surintendants/surintendantes d’immeubles (6733)

Qualités requises

Les candidats devront posséder un excellent sens de l’organisation, de l’autonomie, de la polyvalence et de la débrouillardise afin de suivre avec succès cette formation. Par la suite, en fonction du secteur d’activité dans lequel ils travailleront, ils auraient avantage à connaître les normes de sécurité relatives à l’utilisation des produits ainsi qu’à la protection contre les incendies.

Critères d’admissibilité à la formation

Un diplôme d’études secondaires (ou son équivalent) est minimalement requis pour être admis à ce DEP. Il est également possible d’accéder à la formation professionnelle en respectant les exigences d’autres combinaisons de critères pouvant inclure l’âge des candidats, des préalables fonctionnels ou la réussite de tests.

Particularités régionales

Deux centres de formation professionnelle offrent ce programme d’études en français dans la région de Montréal. Les données les plus récentes compilées par le ministère de l’Éducation (Enquête Relance 2015) indiquent un taux d’emploi de 76,5 % pour les détenteurs d’un DEP en entretien général d’immeubles.

En plus d’un important taux de roulement de personnel causé principalement par de nombreux départs à la retraite, la construction de bâtiments commerciaux et résidentiels dans la région montréalaise favorise la création de nouveaux emplois.

Perspectives

Bien que déjà 9000 personnes travaillent comme concierges ou surintendants d’immeubles à Montréal, les perspectives d’emploi sont acceptables selon Emploi-Québec qui estime que ces métiers font partie des professions les plus « en demande ».

Le diplôme d’études professionnelles vient souvent compenser le manque d’expérience professionnelle lors de la recherche d’emploi.