3 conseils de Élie Pilon pour trouver sa place au travail quand on se sent (un peu) extraterrestre

3 conseils de Élie Pilon
pour trouver sa place au travail quand on se sent (un peu) extraterrestre

On entend beaucoup de commentaires au sujet des jeunes, leur manière de fonctionner,etc. et moi-même, en tant que conseiller d’orientation, je me permets régulièrement d’en faire. Par contre, pour cet article, j’avais envie de faire les choses différemment et de recueillir directement les conseils d’un jeune. Et je n’ai pas rencontré n’importe quel jeune mais un jeune qui a su développer une audience considérable et ce, en grande partie auprès de sa génération.

Élie Pilon, (20 ans au moment de l’entrevue) est un youtubeur québécois dans le domaine de l’humour qui suscite de nombreuses réactions sur le Web. Sa communauté regroupe plus de 57,000 abonnés. Il a également été chroniqueur à l’émission de Radio-Canada : Entrée principale.

Certaines personnes attendent d’avoir enfin leur chance dans leur vie professionnelle, mais en ce qui concerne Élie Pilon, il l’a provoquée.

Élie considère se sentir extraterrestre, car il n’a jamais vraiment occupé de « vrai » emploi, sauf instructeur de tennis durant 2 mois. Il se demande s’il serait capable de demeurer sain d’esprit en devant effectuer un travail où il ne serait pas totalement libre.

Il a suivi une seule session d’Université en communication pour tout arrêter. Trop habitué à apprendre par lui-même et à son propre rythme, il trouvait que le cursus manquait de vision pratique. D’ailleurs, dans ses vidéos, l’école est une des thématiques récurrentes.

Par cette entrevue, Élie m’a donc fait part de son parcours, déjà très riche en expérience. J’en ai fait ressortir quelques conseils à appliquer.

1- Apprendre à se débrouiller par soi-même

Tout a commencé quand Élie à l’âge de 14 ans, a décidé de lui-même d’écrire sur différents blogues au sujet du sport (hockey, soccer, tennis). Conscient que cette démarche était marginale, il se montrait discret sur cette activité. Certains amis (ceux qui étaient au courant) ne se gênaient pas de le taquiner à ce sujet.

Rencontrant de plus en plus de succès avec ses contenus et commençant à recevoir de la rémunération, il sentit que tout d’un coup, il générait plus de respect de son entourage. Au total, il publia plus de 600 textes.

À 16 ans, il décida d’opérer un virage en créant une chaîne Youtube et en réalisant des vidéos d’humour. Élie était lui-même un grand consommateur de vidéos humoristiques et il se sentait inspiré par plusieurs artistes québécois.

Il appris tout par lui-même, que ce soit dans la manière d’écrire ses textes, tourner ses vidéos et en faire le montage. Il a beaucoup développé son expertise par essai et erreur, ce qui lui a valu de faire certains mauvais achats, malgré le fait qu’il n’y connaissait rien en lentilles.

Élie a un côté manuel et il passa plus de 200 heures à assembler lui-même le décor de ses vidéos. Il passa également beaucoup de temps à faire des achats dans des friperies pour arriver à sa signature visuelle qui fut baptisé par certains comme Brun Vintage.

Il considère que pour accomplir ce qu’il fait, il faut surtout savoir se montrer acharné.

2- Se lancer, mais avec prudence

Élie est perfectionniste. Il est maniaque des détails. Parfois, il bloque sur une idée et il fait alors autre chose pendant un certain temps pour pouvoir mieux y revenir.

Il se montre très sévère envers ses propres vidéos et il a d’ailleurs supprimé les premières vidéos de sa chaîne, n’étant plus satisfait du résultat et ayant maintenant pris du recul. Élie a même produit une vidéo (que j’ai trouvé bien drôle) où il se moque de ses propres maladresses en revoyant ses œuvres du début.

Selon Élie, il y a un danger à vouloir tout faire trop rapidement. Il faut savoir faire attention à la critique qui peut se montrer très virulente, pas uniquement provenant des internautes, mais aussi des amis et de la famille éloignée. Tout le monde a accès à ces contenus.

C’est important de produire beaucoup et régulièrement pour devenir bon, mais nous ne sommes pas tenus de tout publier.

Toutefois, il est bien de tester son matériel car l’audience devient un excellent guide pour comprendre les codes de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas.

Par exemple, pour obtenir de l’attention, la manière de présenter sa vidéo joue énormément, comme le titre ou le choix de l’image pour la miniature. Au début, nous ne sommes pas trop conscients de l’importance cruciale de chacun de ces éléments.

Pour sa part, Élie consacre 20 à 30 heures par semaine à sa chaîne Youtube et c’est sans compter le temps où il écoute lui-même le contenu des autres.

3- Ne pas négocier sa liberté

Élie considère que les contraintes peuvent favoriser la créativité. Il aime bien recevoir des demandes provenant de commanditaires.

En 2015, il a reçu une première demande pour participer à la campagne Éducalcool afin de sensibiliser les jeunes. Beaucoup d’autres commandes ont suivi comme TFO, Academos, le lait au chocolat et Home Dépôt.

Il faut faire cependant attention à ne pas trop abuser des commandites et des placements de produit, car cela peut être mal perçu par la communauté. Nous utilisons notre véritable identité et notre visage. C’est notre image publique qui est en jeu.

D’un autre côté, les gens apprécient que les youtubeurs puissent gagner leur vie et soient ainsi encourager à produire encore plus de contenu.

Pour Élie, l’idéal demeure de pouvoir être payé à créer du contenu, sans devoir compter sur des revenus publicitaires. Dans cette démarche, cette totale liberté est ce qui s’avère être le plus recherché.

Quand je demande à Élie comment il entrevoit l’avenir, il dit essayer de ne pas trop y penser.

Il se concentre à miser sur la qualité de ses productions et à travailler à rester présent dans la tête des gens.

Cet article a été écrit dans l’esprit du guide pratique d’orientation Trouver sa place au travail quand on se sent (un peu) extraterrestre publié chez Septembre éditeur. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Comme je mentionnais plus haut dans l’article, la vie scolaire d’Élie fut une source d’inspiration dans son écriture. Voici ses réflexions sur le Cégep dans cette vidéo à l’humour grinçant :

 

Prêt à postuler? Rendez-vous sur Jobboom en cliquant ici pour consulter toutes les offres d’emploi disponibles.

Mathieu Guénette

Mathieu Guénette est un conseiller d’orientation à son compte de plus de 20 ans d’expérience, auteur, chargé de cours et ayant travaillé auprès d’une clientèle variée (jeunes, adultes, gestionnaires, chercheurs d’emploi). En 2017, il a obtenu à la fois le prix professionnel de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec et celui du Livre RH de l'année de l'Ordre des CRHA pour l’ouvrage Le candidat viscéral. Il offre ses services à Montréal, dans Lanaudière et à distance. Son site internet regorge de références pratiques pour vous : Les chercheurs de sens.

Répondre